Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MARCHES
La réforme des cotations est en marche

Il y a désormais deux zones pour la cotation des ovins. Le bassin nord comprend 58 départements et le bassin sud 35 départements.

La réforme des cotations des ovins « entrée abattoir »,mise en place avec le concours des professionnels est opérationnelle. Les nouvelles cotations ont été publiées pour la première fois le 22 janvier sur le site internet de FranceAgriMer. « Cette réforme répond à un double objectif : mieux informer les opérateurs, les pouvoirs publics et la Commission européenne sur la réalité du marché, simplifier et fiabiliser la collecte et le traitement des données », explique FranceAgriMer. Ces cotations hebdomadaires, résultat d’une observation des prix a posteriori, sont transmises à la Commission en vue de l’éclairer sur les mesures de gestion des marchés à mettre en oeuvre. La réforme a démarré par les gros bovins. Elle se poursuit aujourd’hui par les ovins de boucherie et demain, par celle des veaux de boucherie et des bovins maigres. Ces cotations constituent un outil précieux de connaissance, voire de négociation, pour les opérateurs de la filière.

MIEUX COLLER AUX RÉALITÉS DU MARCHÉ

La collecte des prix et l’élaboration des cotations est fiabilisée, grâce à un dispositif qui s’appuie sur la transmission dématérialisée des données par les abatteurs. Ce qui s’est traduit par la refonte des bassins de cotations et la rénovation des grilles de cotations, largement simplifiées en accord avec les acteurs de la filière ovine. Les bassins de cotations passent de 4 à 2 zones. Les nouveaux centres sont Poitiers pour la région Nord et Toulouse pour la région Sud.Concernant les agneaux de boucherie (ovins de moins de douze mois), quatre catégories de poids au lieu de cinq précédemment seront désormais cotées : moins de 16 kg, 16 à 19 kg, 19 à 22 kg et plus de 22 kg. Seules les conformations U, R et O et les états d’engraissement 2, 3 et 4 seront désormais cotés. Concernant les brebis (autres ovins), deux catégories de poids, au lieu de trois, sont désormais retenues : inférieure ou supérieure à 30 kg. Seules les conformations R et O et les états d’engraissement 2, 3 et 4 seront désormais cotés. Tout opérateur qui abat ou fait abattre plus de 20 000 têtes d’ovins par an dans un ou plusieurs abattoirs (hors agriculture biologique) est tenu de fournir à FranceAgriMer les informations nécessaires à l’établissement de cotations hebdomadaires représentatives. Ces données concernent les effectifs abattus, le poids moyen et le prix moyen pour chaque typologie d’animal.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre