Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Reporterre du 5 mai 2016
La brebis brigasque sauvées par des éleveurs passionnés

Jean-Baptiste Martin et Amélie Griveau ont repris la ferme familiale il y a deux ans et produisent fromages et yaourts de brebis. Mais plutôt que de garder le troupeau originel, ils ont opté pour des brigasques. « Je suis attaché à ma région, et la race de brebis locale, c’est la brigasque », explique Jean-Baptiste Martin. Un grand nez busqué, de longues cornes retroussées vers l’arrière, une toison fournie, des mamelles « sculptées pour la traite » et une endurance de randonneur, l’animal a tout pour plaire. Pourtant, cette brebis originaire des montagnes sèches de la Provence et du Piémont italien a bien failli disparaître, comme de nombreuses races locales. Bien que très rustique, elle n’était pas assez productive. C’était compter sans l’arrivée de néoruraux tombés amoureux de la race. Aujourd’hui, des éleveurs s’intéressent à nouveau à la brigasque et de 200 têtes dans les années 1970, elles seraient aujourd’hui près de 1 300. Mais en raison du nombre limité de troupeaux, les agnelles coûtent cher et les risques de consanguinité restent élevés. Pour faire face à ces obstacles, les éleveurs se sont regroupés au sein de l’Association de défense de la brebis brigasque.

« Le conseil d’administration de la confédération générale de Roquefort a décidé de mettre un terme à plus d’un siècle de solidarité interprofessionnelle et territoriale » déclare Laurent Reversat, porte-parole de la Confédération Paysanne en Aveyron. Le syndicat regrette l’abandon des valeurs qui ont fait la force de cette organisation collective. « Si on avait besoin de quelque chose, que ce soit l’accès à l’électricité, la sélection des brebis ou la création d’une appellation, on l’organisait ensemble. » Désormais les éleveurs seront rémunérés différemment en fonction de l’industriel auquel ils livrent, ce qui pourra correspondre pour des structures de taille égale à une différence de 4 500 € de rémunération annuelle par personne. « Nous allons tout droit vers le lait de vache alors qu’on aurait pu aller vers un système comme celui du comté qui a utilisé cette réforme pour renforcer sa solidarité", regrette Nino Fillos, représentant de la confédération Paysanne. Sur le site internet du comté, on peut effectivement lire que « la réforme de la Pac permet depuis 2012 aux filières sous signe de qualité de gérer la quantité de fromage, ce qui peut sembler en décalage par rapport au vent de libéralisme qui souffle sur les marchés agricoles. »

« En 1996, nous pensions tous que la crise de la vache folle accélérerait la baisse de la consommation de viande, se souvient l’économiste Pierre Combris, directeur de recherche à l’Inra. Mais ce qu’on a finalement observé, c’est une consommation qui a chuté brutalement et qui retrouve rapidement sa tendance d’avant la crise. » Pour Jean-Pierre Corbeau, professeur de sociologie de la consommation et de l’alimentation, « certes une partie de la population se végétalise mais elle garde des habitudes de consommation de viande, notamment au restaurant, il faut voir comme les burgers gastronomiques cartonnent. » La succession des événements médiatiques joue certes en défaveur de la viande, d’autant plus que l’élevage et l’abattage ne sont plus présents en ville. Mais si nous mangeons moins de viande qu’à la libération, nous en mangeons toujours plus qu’aux 17e et 18e siècles. Les deux experts comparent l’évolution de la consommation de viande à celle du vin. « Depuis les années cinquante, la consommation de vin a baissé de moitié, tout le monde s’est reconverti et on fait de la qualité. Nous étions sur un scénario où plus un seul français ne boirait de vin en 2010… Et on en est loin ! "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre