Aller au contenu principal

Ludovic André à La Cavalerie, Aveyron
« J’ai pris progressivement ma place dans le Gaec»

Éleveur de 550 brebis laitières en Gaec dans l’Aveyron, Ludovic André s’est installé « hors cadre familial » après une période de transition sur l’exploitation.

« Nous devons être un des plus jeunes Gaec de l’Aveyron, et peut-être même de France. Avec mes deux associés au sein du Gaec de Mazes, Franck Maurin, la moyenne d’âge est de 29 ans. Dans ce Gaec entre tiers, seul un des associés s’est installé dans le cadre familial. Le fait d’être jeunes et récemment installés fait qu’on a besoin d’être rassurés. N’étant pas issu du milieu agricole, j’ai moins de références que d’autres et je suis peut-être plus demandeur de technique. Mes parents étaient chauffeur et aide-soignante et j’ai découvert l’élevage ovin lors de mes études agricoles. Après mon Bac pro au Gaec de Mazes, et avec la perspective du remplacement à venir d’un associé proche de la retraite, j’ai fait mon BTS par apprentissage. 15 jours à l’école et 15 jours ici, cela permet de s’intégrer progressivement à, l’exploitation, et de tester le travail ensemble.

Un contrat emploi formation installation m’a permis de poursuivre mon intégration tout en permettant à l’associé sur le départ de se retirer progressivement, sans pénaliser financièrement l’exploitation puisqu’une partie de son salaire était prise en charge par la région.

Mon installation était effective le 4 août 2011. Avec un bon accompagnement, l’installation hors cadre familial est à la portée de tout le monde. Mais il faut avoir le niveau d’étude suffisant. Je pense que c’est utile d’aller jusqu’au BTS car aujourd’hui le métier devient très administratif : c’est important d’approfondir la comptabilité et la gestion notamment.

Chacun des trois associés de l’exploitation a son domaine de prédilection. Pour ma part, j’assure la gestion du troupeau et du pâturage ainsi que l’administratif lié au troupeau mais toutes les décisions sont prises à trois, et chacun est capable d’assurer l’ensemble des taches. Ainsi, les week-ends, hors des grosses pointes de travail, l’ensemble du travail peut être réalisé par une seule personne.

L’exploitation se compose d’une troupe de 550 brebis Lacaune traite du 10 février au 31 août. En plus des 115 hectares de l’exploitation, nous profitons de 200 hectares de parcours sur le camp militaire. Cela représente, selon les conditions climatiques annuelles, l’équivalent de 11 à 20 % du cheptel qui est nourri annuellement grâce aux parcours. Quand on a fini les parcours clôturés, on fait pâturer en gardiennage dans le camp militaire. Mais cette année, avec la sécheresse, elles ont malgré tout dû être complémentées en bâtiment.

L’exploitation est située entre le village de la Cavalerie et le camp militaire, il n’y a pas de grandes superficies pour laisser les brebis pendant longtemps, ce qui nous oblige à faire plus de stocks et nourrir à l’intérieur plus souvent. L’élevage est en sélection et vend des agnelles de reproduction et des béliers. Les brebis triées pour la réforme sont inséminées une dernière fois avec des béliers Suffolk en avril. Les agneaux de ce lot sont abattus à deux mois et vendus en direct en caissettes par le bouche-à-oreille. »

« Avec un bon accompagnement, l’installation hors cadre familial est à la portée de tout le monde »

Contrat emploi formation installation en Midi-Pyrénées

Le contrat emploi formation installation est un véritable contrat de parrainage qui finance une période d'essai entre un candidat à l'installation hors du cadre familial et un agriculteur à la recherche d'un repreneur ou d'un associé. Financée par le conseil régional de Midi-Pyrénées, ce contrat permet au futur installé de tester «grandeur nature» sa vision du métier, le choix de l'exploitation et de l’entourage. Dans le cas d'une association, il permet de tester le projet en condition réelle avant de s'engager (organisation, décision, travail en commun...). Pour le cédant, le CEFI permet d'accompagner un porteur de projet en lui faisant profiter de son expérience. Il permet aussi de s'assurer de la compétence de son repreneur tout en cessant progressivement son activité. D’une durée de 12 mois maximum, le CEFI s’adresse au moins de 40 ans qui ont un vrai projet d’installation et aucun lien de parenté avec le maître de stage. Les stagiaires sont rémunérés de 401 à 708 euros par mois selon le statut antérieur du candidat.

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec Crédit agricole

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre