Aller au contenu principal

Recherche et amélioration génétique
En Nouvelle-Zélande, la nouvelle jeunesse du mérinos

Une belle laine, mais aussi une bonne viande. Tels sont les objectifs de l'entreprise qui gère la race mérinos en Nouvelle-Zélande. Les critères de sélection vont être revus afin de créer une brebis "parfaite".

© LGrancher

La NZ Merino Company vient de lancer cette année un programme de recherche et d’amélioration génétique à grande échelle. Elle a commencé par un chantier d’insémination artificielle, sur 2 000 brebis en cinq jours, mené par Marc Ferguson, généticien spécialisé sur les ovins à laine fine. Le gouvernement a financé une partie de ce programme baptisé « unlocking the perfect sheep », soit « libérer le potentiel de la brebis parfaite ».

Elle doit être saine, fertile, grande productrice de viande et de laine, aux qualités gustatives et industrielles inégalées, convenant à un marché de haute qualité. La NZ Merino Company espère transformer l’industrie ovine néo-zélandaise en permettant une diffusion de la race à travers les zones dites « non traditionnelles » d’élevage du mérinos, en pourvoyant de meilleurs rendements aux éleveurs grâce à de nouvelles méthodes de sélection et de bons résultats d’exportation de laine et de viande, sur quoi une grande partie de l’économie néo-zélandaise est basée.

La population mérinos étant en diminution depuis les années 70, le but est aussi d’essayer d’inverser la tendance et de faire remonter le cheptel. Il aspire à découvrir quels sont les gènes qui régissent les critères intéressants et de faire évoluer la race grâce aux nouvelles techniques de la génomique.

 

La suite de cet article dans le prochain numéro de Pâtre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La balle installée, il ne reste plus qu’à couper les filets pour la dérouler. © F. Mariaud
« Un tire-balle pour quad »
« Avant je déroulais les balles à la main pour assurer le complément de fourrage de mes brebis en pâture l’hiver. Maintenant,…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
 © Ton van Zantvoort
No way, un film sur la disparition progressive des bergers
No way plonge au cœur du combat obstiné de Stijn, un éleveur néerlandais prêt à tout pour garder son troupeau de 500 moutons…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre