Aller au contenu principal

Des chercheurs préconisent des tirs de défense contre le loup dès la première attaque

Sur la base de leurs expériences dans d’autres pays où les loups ont toujours été présents, les chercheurs suggèrent que les éleveurs soient autorisés à défendre leurs troupeaux avec des tirs, sans avoir à attendre que se soient déjà déroulées plusieurs attaques.  © L. Bourgeois
Sur la base de leurs expériences dans d’autres pays où les loups ont toujours été présents, les chercheurs suggèrent que les éleveurs soient autorisés à défendre leurs troupeaux avec des tirs, sans avoir à attendre que se soient déjà déroulées plusieurs attaques.
© L. Bourgeois

Dans un article publié dans la revue The Rangeland Journal et cité par le Cerpam, les chercheurs du réseau Coadapht montrent que la possibilité de tirer sur les loups a sûrement fait défaut pendant vingt ans parmi les mesures de protection. En effet, la possibilité des éleveurs de défendre les troupeaux avec des tirs, sans avoir à attendre que se soient déjà déroulées plusieurs attaques, semble plus efficace pour se protéger. A contrario, un loup ayant déjà obtenu un succès de chasse sur un lieu et à une saison donnée est ensuite bien plus difficile à repousser de ce lieu. « Intelligents et opportunistes, les loups investissent des paysages en mosaïque où les animaux d’élevage au pâturage sont des proies abondantes et faciles, indique l’article. Strictement protégés, il semble qu’ils n’associent plus le bétail aux humains et les humains au danger. La moitié de leurs attaques réussies se produisent désormais en journée, malgré la présence de chiens et d’humains. » Les chercheurs recommandent ainsi que les tirs de défense non létaux redeviennent un signal d’alerte à respecter par les loups.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre