Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cotations Baisse saisonnière des cours en Europe fleche sudest 

Après un pic moins marqué pour Pâques qu’en 2015, lié notamment à la hausse des abattages, le cours moyen de l’agneau lourd français a entamé sa baisse saisonnière. Le recul a été plus précoce que l’année précédente, en raison de l’avancement de la date de Pâques. À 6,02 euros le kilo de carcasse début mai, le prix moyen pondéré des régions calculé par FranceAgriMer était ainsi inférieur de 52 centimes (-8 %) à sa valeur de 2015 et de 80 centimes (-12 %) à celle de 2014. Dans le même temps, l’agneau britannique cotait 4,03 livres le kilo de carcasse, soit 3 % de moins qu’en 2015. La baisse a encore une fois été plus accentuée en euros (-9 % à 5,30 €/kg de carcasse fin avril), les incertitudes concernant un éventuel « Brexit » entraînant la dépréciation de la livre sterling par rapport à la monnaie européenne.

France Les abattages sont toujours en hausse fleche nordest

Boostés par la chute des exports en vif, les sorties plus importantes d’agneaux lacaunes du bassin aveyronnais et l’avancement de la date de Pâques par rapport à l’année dernière, les abattages français d’agneaux ont à nouveau grimpé de 6 % en mars, à 457 000 têtes. Les abattages d’ovins de réforme sont en revanche restés stables par rapport à 2015 (à 41 000 têtes). Au total, la production française de viande ovine a progressé de 6 % en mars par rapport à l’année précédente. En cumul sur le premier trimestre 2016, elle enregistre ainsi une progression de 9 % par rapport à 2015.

Nouvelle-Zélande Chute des exportations fleche sudest

Face au recul de la production (-3 % par rapport à 2015 à 56 700 tonnes équivalent carcasse (téc) en mars), et la fin des envois vers l’Europe pour Pâques (cinq semaines de transport nécessaires), les exportations néozélandaises de viande ovine ont chuté de 11 % en mars à 52 000 téc. Les envois étaient notamment en repli vers le Royaume-Uni (-17 % à 10 200 téc), la France (-32 % à 1 000 téc) et la Chine (-16 % à 17 400 téc). À 7,66 dollars néo-zélandais le kilo de carcasse, le prix moyen de la viande ovine exportée vers l’Union européenne était en hausse de 4 % par rapport à 2015, mais affichait une chute de 8 % en euros (à 4,65 €/kg éc) en raison de la dépréciation du dollar néo-zélandais par rapport à la monnaie européenne. En cumul sur le premier trimestre 2016, les exportations néo-zélandaises de viande ovine restent stables par rapport à 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre