Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agneaux de bergerie
Bien alimenter, une nécessité pour produire sous signe de qualité

L´obtention d´agneaux de bonne qualité bouchère est en grande partie liée à une bonne alimentation. Rappel de quelques règles pour y parvenir.


Lors des Journées portes ouvertes de la station expérimentale de Carmejane*, Grégory Pinçon, du Groupement Agneau des Hautes Alpes, a mis en évidence les normes du cahier des charges des signes officiels de qualité : race, aire géographique de production, identification des animaux, poids, état d´engraissement, conformation, les bâtiments, les prophylaxies et traitements, l´alimentation. Il a insisté sur la nécessité de bien alimenter pour obtenir des agneaux de bonne qualité bouchère.

Quatre phases alimentaires
Cette alimentation est d´autant plus difficile à réussir qu´elle concerne des animaux dont le régime alimentaire change (passage d´une alimentation liquide vers une alimentation solide) et dont la composition corporelle change aussi, ce qui implique des variations qualitatives importantes de la ration.
De plus, ce sont des animaux très sensibles au stress : pathologies, fortes variations d´ambiance ou d´alimentation.
Quatre phases alimentaires vont déterminer la croissance de l´agneau : fin de gestation, lactation pour la brebis ainsi que le sevrage et l´engraissement pour l´agneau.

Dix règles pour réussir l´agneau de bergerie
Enfin dix règles d´or permettent de réussir l´agneau de bergerie :
- Avoir des brebis d´un bon gabarit, homogènes et des béliers sélectionnés sur leurs qualités bouchères.
- Obtenir des agneaux vigoureux et lourds à la naissance grâce à un complément de grain distribué aux mères en fin de gestation.
- Distribuer aux mères une alimentation riche en azote pendant les deux premiers mois de lactation (environ 150 g de PDI/jour) tout en se souciant de l´équilibre de la ration.
- Offrir aux agneaux de préférence du foin de graminées et du starter en complément du lait de la mère dès l´âge de 15 jours.
- Distribuer un aliment adapté au stade de l´agneau :
. de la naissance au sevrage (ou 60 jours) donner un aliment contenant 18 % de MAT.
. de 60 jours à l´abattage donner un aliment contenant de 16 à 17 % de MAT.
- Réaliser des transitions étalées sur 15 jours afin de limiter les problèmes d´adaptation.
- Préférer les céréales entières aux céréales concassées (sauf au démarrage).
- Alloter au maximum les agneaux sevrés par catégories selon le mode de naissance (simple ou double) et selon le sexe.

- Sevrer et rationner les femelles dès 60 jours.
- Rationner tous les agneaux dès trois mois d´âge, dès 25 kg, contrôler toutes les semaines le poids et l´état d´engraissement des agneaux.


* Cette Journée portes ouvertes à la Station expérimentale de Carmejane dans les Alpes de Haute Provence s´est déroulée en décembre dernier autour du thème "Comment engraisser à point les agneaux de bergerie afin qu´ils s´inscrivent dans une démarche de qualité ?
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre