Aller au contenu principal

Agneaux de bergerie
Bien alimenter, une nécessité pour produire sous signe de qualité

L´obtention d´agneaux de bonne qualité bouchère est en grande partie liée à une bonne alimentation. Rappel de quelques règles pour y parvenir.


Lors des Journées portes ouvertes de la station expérimentale de Carmejane*, Grégory Pinçon, du Groupement Agneau des Hautes Alpes, a mis en évidence les normes du cahier des charges des signes officiels de qualité : race, aire géographique de production, identification des animaux, poids, état d´engraissement, conformation, les bâtiments, les prophylaxies et traitements, l´alimentation. Il a insisté sur la nécessité de bien alimenter pour obtenir des agneaux de bonne qualité bouchère.

Quatre phases alimentaires
Cette alimentation est d´autant plus difficile à réussir qu´elle concerne des animaux dont le régime alimentaire change (passage d´une alimentation liquide vers une alimentation solide) et dont la composition corporelle change aussi, ce qui implique des variations qualitatives importantes de la ration.
De plus, ce sont des animaux très sensibles au stress : pathologies, fortes variations d´ambiance ou d´alimentation.
Quatre phases alimentaires vont déterminer la croissance de l´agneau : fin de gestation, lactation pour la brebis ainsi que le sevrage et l´engraissement pour l´agneau.

Dix règles pour réussir l´agneau de bergerie
Enfin dix règles d´or permettent de réussir l´agneau de bergerie :
- Avoir des brebis d´un bon gabarit, homogènes et des béliers sélectionnés sur leurs qualités bouchères.
- Obtenir des agneaux vigoureux et lourds à la naissance grâce à un complément de grain distribué aux mères en fin de gestation.
- Distribuer aux mères une alimentation riche en azote pendant les deux premiers mois de lactation (environ 150 g de PDI/jour) tout en se souciant de l´équilibre de la ration.
- Offrir aux agneaux de préférence du foin de graminées et du starter en complément du lait de la mère dès l´âge de 15 jours.
- Distribuer un aliment adapté au stade de l´agneau :
. de la naissance au sevrage (ou 60 jours) donner un aliment contenant 18 % de MAT.
. de 60 jours à l´abattage donner un aliment contenant de 16 à 17 % de MAT.
- Réaliser des transitions étalées sur 15 jours afin de limiter les problèmes d´adaptation.
- Préférer les céréales entières aux céréales concassées (sauf au démarrage).
- Alloter au maximum les agneaux sevrés par catégories selon le mode de naissance (simple ou double) et selon le sexe.

- Sevrer et rationner les femelles dès 60 jours.
- Rationner tous les agneaux dès trois mois d´âge, dès 25 kg, contrôler toutes les semaines le poids et l´état d´engraissement des agneaux.


* Cette Journée portes ouvertes à la Station expérimentale de Carmejane dans les Alpes de Haute Provence s´est déroulée en décembre dernier autour du thème "Comment engraisser à point les agneaux de bergerie afin qu´ils s´inscrivent dans une démarche de qualité ?
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre