Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Avec la contractualisation, la filière ovine montre l’exemple

En production ovine, la contractualisation entre éleveurs et acheteurs a été mise en place dès 2010, pour sécuriser les prix et les volumes d’agneaux et limiter le recours aux importations, importantes dans le secteur.

Dans le secteur ovin, la contractualisation s’est mise en place avant que la loi de modernisation de l’agriculture (LMA) ne l’impose. Un premier accord a été signé entre les treize familles de l’interprofession viande ovine le 6 janvier 2010. « Fin 2008, un séminaire de réflexion a révélé la nécessité d’une plus grande lisibilité sur l’approvisionnement et la façon de gérer l’offre » explique Jacques Giroux, directeur d’Interbev Ovins. Des opérations de promotion de l’agneau français programmées dans des grandes et moyennes surfaces cette année là ont du être annulées dans trois cas sur quatre, faute de connaissance à l’avance des volumes disponibles. La France étant déficitaire en viande ovine, la demande n’est satisfaite qu’avec des importations de Royaume-Uni, d’Irlande et de Nouvelle-Zélande. D’après des données Agreste, un dispositif contractuel permettant une meilleure concordance entre l’offre et la demande pourrait conduire à une croissance de 66 % du revenu annuel des éleveurs d’ovins.

En 2009, le bilan de santé de la politique agricole commune a conduit à accorder à la filière une enveloppe de 125 millions d’euros. Afin de renforcer l’efficacité économique du secteur, sur les 24 euros de prime à la brebis, trois euros ont été conditionnés à la contractualisation. Pour pouvoir toucher cette majoration, l’éleveur doit être adhérent d’une organisation de producteurs commerciale ou s’engager à commercialiser au moins 50 % de sa production auprès d’un maximum de trois acheteurs. Afin qu’Interbev puisse connaître plus précisément tout au long de l’année les sorties d’agneaux en fonction des bassins de production, les éleveurs doivent joindre au formulaire de demande de la prime ovine un prévisionnel de mise en marché. En 2010, 15 709 éleveurs détenant 4 420 800 brebis ont perçu la majoration et 12 382 éleveurs ont retourné le prévisionnel à Interbev, ce qui représente 72 % des brebis éligibles à la majoration. Pour gérer plus efficacement l’offre en viande ovine, l’interprofession procède à des extrapolations et calcule chaque mois le taux de concordance entre le déclaratif et la réalité des abattages. Celui-ci tourne autour d’une moyenne de 95 %.

En juillet 2010, la contractualisation est devenue obligatoire par la LMA. S’il n’y a pas d’accord interprofessionnel, elle fait l’objet d’un décret. En ovin, un accord s’appuyant sur les antécédents de 2009 est rapidement trouvé et signé le 1er décembre 2010. L’accord dit de premier niveau, entre les éleveurs et les acheteurs, porte toujours sur les volumes, mais avec l’ajout de clauses obligatoires sur des critères de détermination du prix, des modalités de paiement, de collecte et de livraison, et de révision ou résiliation du contrat, conformes à la LMA.

Des discussions pour un accord de deuxième niveau, entre les acheteurs et les distributeurs, souhaité par l’Autorité de la concurrence, ont été entamées en 2011. « Elles n’ont pour l’instant pas pu aboutir en raison des difficultés conjoncturelles dues à la sécheresse et parce que cela va au-delà des obligations de la LMA » note Jacques Giroux. Mais dans les deux autres secteurs jugés prioritaires par le ministère de l’agriculture, le lait et les fruits et légumes, aucun accord interprofessionnel même de premier niveau n’a pu être trouvé. L’ovin fait donc figure d’exception.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre