Aller au contenu principal

Conférence sur le revenu agricole
50 millions d’euros accordés aux éleveurs ovins pour 2009

Le cri d’alarme des éleveurs ovins a été partiellement entendu : sur les 250 millions d’euros de fonds débloqués par le ministère de l’Agriculture, un cinquième ira à la filière.

« Je connais des éleveurs ovins qui n’ont que 4000 ou 5000 euros par an pour vivre, ce n’est pas acceptable » a admis Michel Barnier, ministre de l’Agriculture, à l’issue de la conférence sur le revenu qu’il a présidé le 12 novembre dernier, en présence de ses conseillers, des syndicats agricoles, des banques et de la MSA. L’appel des moutonniers semble avoir été en partie entendu par le gouvernement Fillon: sur les 250 millions d’euros de fonds nationaux et européens finalement débloqués dans un plan d’urgence 2009, la filière ovine touchera 50 millions, en attendant la réforme de la PAC de 2010. Mais cette enveloppe équivaut à 12 euros supplémentaires par brebis allaitante, loin des 27 ou 35 euros demandés par les syndicats, et ne concerne pas les brebis laitières. Les professionnels estiment que ce n’est qu’une réponse partielle. « C’est un premier pas, mais c’est insuffisant, nous avons besoin de 160 millions d’euros », rappelle le président de la Fédération nationale ovine, Serge Préveraud. « Ce plan apporte un ballon d’oxygène pour les agriculteurs en difficulté, mais je crains qu’ils ne retrouvent pas la bonne respiration pour autant car ils ont besoin de durabilité, a commenté Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, j’aurais voulu plus d’aides pour le secteur ovin. » Même son de cloche du côté de la Confédération paysanne, « les réponses ne sont pas suffisantes ».

DEUX MESURES SPÉCIFIQUES À L’OVIN

Michel Barnier a présenté les seize mesures mises en place dans son plan d’urgence, toutes filières confondues. « Les agriculteurs se lèvent tôt, ils sont souvent mal payés, et pourtant, c’est une chance pour la France et l’Europe de pouvoir s’appuyer sur ce secteur productif, il s’agit d’économie réelle » a-t-il souligné. Ce plan doit accompagner les agriculteurs qui connaissent une situation économique « très grave ». Le revenu agricole a baissé de 7 à 15 % selon les filières, en raison de la hausse des charges d’exploitation, notamment de l’alimentation animale et de l’énergie. L’ovin est le secteur « le plus en difficulté » a reconnu le ministre.Deux mesures spécifiques ont été spécialement adoptées pour la filière : une mobilisation des aides communautaires non utilisées, les droits à paiement unique (DPU), soit 25millions d’euros qui seraient versés en décembre 2009, et des aides directes de l’Etat français pour compenser les dommages économiques liés aux mesures de lutte sanitaire contre les épizooties, 25 autres millions, versés début 2009. De plus, les éleveurs ovins pourront avoir accès aux quatorze autres mesures s’ils remplissent les conditions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Le traitement au goudron de pin permet de prolonger la durée de vie des clôtures.  © M. Harlet
Traiter l’extrémité des piquets pour des clôtures résistantes
« Pour augmenter la longévité de mes clôtures, je badigeonne les 80 premiers centimètres de mes piquets avec du goudron de pin…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Une partie du bureau de la FNO était rassemblée devant la Maison nationale des éleveurs (Paris) le lendemain de l’assemblée générale. De gauche à droite : Claude Font, Brigitte Singla, Jean-Roch Lemoine, Michèle Boudoin, Patrick Soury et Jérôme Redoulés.
Le nouveau bureau de la Fédération nationale ovine
La FNO a élu son bureau national le 21 septembre 2020 en plaçant à sa tête un binôme féminin avec Michèle Boudoin, réélue comme…
L'automne fournit une herbe à forte valeur nutritive, à condition d'avoir des précipitations. Ici, un troupeau pâture en Auvergne
Comment gérer ses prairies après la sécheresse ?
La sécheresse estivale a impacté les ressources fourragères. Si les précipitations reviennent, on peut espérer une pousse de l’…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Portail réussir
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre