Aller au contenu principal

Les télescopiques s’orientent vers l’hydrostatique

La capacité routière des télescopiques équipés d'une transmission hydrostatique a progressé grâce aux nouvelles conceptions de transmission et à l’évolution des gestions électronique en lien avec le moteur.
© Claas

La nouvelle génération de transmissions hydrostatiques affiche polyvalence et économies de carburant.

Les automoteurs de manutention équipés d’une transmission hydrostatique sont longtemps restés minoritaires dans le secteur agricole. Bon nombre d’agriculteurs préférant les transmissions à convertisseurs et rapports powershift pour leur capacité routière supérieure. Mais l’arrivée d’une nouvelle génération de transmissions hydrostatiques - baptisés parfois abusivement « à variation continue » - change la donne. Ce mouvement a été initié par Claas en 2005 avec la transmission ICVD équipant ses télescopiques Scorpion construits par Claas. Développée par Sauer Danfoss et GKN, cette transmission a la particularité d’utiliser un moteur hydraulique grand angle (45 degrés), dispensant de gammes mécaniques et offrant plus de couple sur toute la plage de vitesse de 0 à 40 km/h. Pour les plus gros modèles, un second moteur hydraulique renforce le couple. Cette Transmission ICVD a également été utilisée par Dieci pour sa première génération de Vario System. Par la suite, avec la VS Evo 2, le constructeur italien a changé de fournisseur en optant pour la transmission Dana équipée d’un petit moteur hydraulique à cylindrée fixe et d’un second, plus gros, à cylindrée variable. Comme pour l’ICVD, l’implantation d’un second moteur permet d’accroître la capacité de poussée et la force de traction à faible vitesse. Le plus gros moteur est désactivé par l’intermédiaire d’un embrayage multidisques à partir de 18 km/h, afin de réduire les pertes d’énergie au transport.

Deux moteurs hydrauliques à basse vitesse

Fidèle défenseur de l’hydrostatique, l’italien Merlo propose une solution similaire à deux moteurs hydrauliques avec sa transmission CVTronic. Troisième spécialiste italien de la manutention, Faresin s’est également doté d’une solution hydrostatique à deux moteurs, issue de chez Bosch Rexroth. Dernier constructeur à se convertir, et pas des moindres, Manitou a tout récemment lancé sa M-Vario Plus développée par ZF. Celle-ci se positionne au sommet de la nouvelle gamme MLT New Ag du constructeur français, en complément des traditionnelles transmissions à convertisseur. Cette nouvelle transmission se démarque par l’intégration de deux moteurs hydrauliques à pistons radiaux associés à une cascade de pignons dans un boîtier commun. Jusqu’à 15 km/h, les deux moteurs sont actifs. Puis de 15 à 40 km/h, seul le plus petit des deux est utilisé.

À l’épreuve du terrain, ces transmissions de nouvelle génération semblent faire l’unanimité en termes de capacité de poussée. Pour Laurent Quichon, Directeur de Dieci France, « A puissance et capacité identiques, un télescopique équipé d’une hydrostatique VS Evo 2 offre un effort de traction à basse vitesse comparable, voire supérieur à celui d’un modèle à transmission powershift et convertisseur. L’avantage se confirme aussi en termes de consommation de carburant. » En revanche, la comparaison s’inverse sur la route avec un chargement. « Même si le rendement de la VS Evo 2 a nettement progressé par rapport à une hydrostatique standard, il n’atteint pas encore le niveau d’une transmission powershift », reconnait-il.

Une gestion électronique plus évoluée

Mais l’hydrostatique comble en partie son rendement inférieur grâce à une gestion électronique plus fine associant le moteur thermique. La plupart de ces transmissions s’accompagnent ainsi de différents modes de fonctionnement s’adaptant aux travaux, qui privilégient soit la puissance, soit la consommation. Ces dispositifs permettent de travailler à régime moteur réduit, y compris au transport jusqu’à 40 km/h, contrairement à une transmission powershift.

Le débat entre hydrostatique et powershift n’est donc pas encore définitivement tranché. C’est de ce constat que JCB a développé sa transmission Dualtech VT, qui combine un module hydrostatique avec un module à trois rapports powershift. Le premier est actif jusqu’à 19 km/h, le second de 19 à 40 km/h, un jeu d’embrayage assurant un passage de l’un à l’autre sans rupture de couple.

Les plus lus

Tonnes à lisier buses interdites Réussir Machinisme
Les buses d’épandage bientôt interdites ?
Le plan d’action ministériel adopté en janvier 2021 vise à réduire les émissions de polluants atmosphériques issues des…
Benne à fond mouvant la Campagne de la SARL Setar Bibollet - Caisse et fond mouvant Socari
La Campagne – Une benne à fond mouvant de 64 mètres cubes à déchargement rapide
Le constructeur français La Campagne annonce l’arrivée d’une nouvelle génération de bennes à fond mouvant conciliant grande…
Robot Collect’Bouz de la start-up normande Bouz’Eco
Collect’Bouz spécial pâturage – Les bouses collectées au cul des vaches pour alimenter le méthaniseur
Après l’urinoir CowToilet de la société néerlandaise Hanskamp primé d’une médaille d’or au salon Eurotier 2020, la start-…
Faucheuse frontale Kuhn sur tracteur New Holland TM140 et remorque autochargeuse Strautmann
« J’ai réduit mon coût alimentaire à 68 euros les 1000 litres de lait avec l’affouragement en vert »
Gaëtan Le Meur, éleveur de montbéliardes à Plussulien, dans les Côtes-d’Armor, a remplacé sa remorque faucheuse autochargeuse par…
Le nettoyeur de roues Hydrokit est alimenté par une cuve frontale de 600 litres. © Hydrokit
Hydrokit – Un nettoyeur de roues embarqué sur le tracteur
Le nettoyeur de roues développé par Hydrokit sert pour les pneus du tracteur et du véhicule remorqué. Il s’utilise aussi pour…
[Best Of] Les poissons d'avril du machinisme pêchés sur les réseaux sociaux
La tradition des poissons d'avril s'est installée sur les réseaux sociaux. Nous vous proposons une petite sélection d'infos…
Publicité