Aller au contenu principal

Pac : En installation laitière, les jeunes devraient être mieux dotés

Avec une aide de complément au revenu forfaitaire qui bénéficie de la transparence Gaec, et une enveloppe en hausse, la réforme devrait être plutôt favorable aux jeunes installés en exploitation laitière.

L’aide complémentaire JA sera désormais forfaitaire. Son montant prévisionnel est estimé à 4 500 euros par exploitation.
L’aide complémentaire JA sera désormais forfaitaire. Son montant prévisionnel est estimé à 4 500 euros par exploitation.
© J.-C. Gutner

Un des grands changements de cette nouvelle PAC est l’aide au complément de revenu des jeunes agriculteurs (ACRJA), dans le premier pilier. L’aide devient forfaitaire et bénéficie de la transparence Gaec. « C’est un changement important qui permet de mettre fin à la course aux hectares pour s’installer. Quelle que soit la taille de l’exploitation, le montant de cette aide sera le même pour tous », pointe le syndicat Jeunes agriculteurs. Le ministère de l’Agriculture indique une aide de 4 469 € par exploitation pour une durée de cinq ans qui variera selon le nombre d’installations effectives.

Des différences régionales

Autre changement important, la dotation jeunes agriculteurs (DJA), dans le second pilier, est à présent gérée par les régions. Cela signifie que les critères d’accès et les montants de DJA pourront être différents d’une région à l’autre. Chaque région devra activer la DJA, conformément aux règles minimales décrites dans le programme stratégique national (âge maximum de 40 ans, diplôme minimum requis de niveau 4 soit un bac agricole, critère « agriculteur actif » et plafond d’aides 100 000 € par jeune).

« Puis, chaque région pourra décider si elle dote davantage les hors cadre familial, les agriculteurs bio… Il existe aussi l’aide au nouvel installé, que les régions choisissent d’activer ou non. Elle permettra d’accompagner des jeunes ayant un diplôme de niveau inférieur ou un bac autre qu’agricole, ainsi que des moins jeunes », détaille Jeunes agriculteurs.

La transparence Gaec reste à clarifier

L’application de la transparence Gaec n’est pas encore tout à fait clarifiée. Ce qui est sûr, c’est que si un premier jeune s’installe en 2023 sur un Gaec, l’exploitation percevra l’ACRJA sur cinq ans et le jeune aura sa DJA. Puis, si un deuxième jeune s’installe en 2026 sur ce Gaec, l’exploitation percevra l’ACRJA sur 2026 et 2027, et 2028 si la programmation suivante le permet ; et le jeune aura sa DJA en entier. « Par contre, si le premier jeune s’est installé lors de la précédente programmation, à quelle ACRJA l’exploitation aura-t-elle droit ? Mi-octobre, le ministère ne nous a pas encore répondu clairement et précisément », questionne le syndicat.

Définition

Pour prétendre aux aides jeune agriculteur, il faut :

 

  • Avoir moins de 40 ans
  • Être installé depuis moins de 5 ans
  • Avoir un diplôme de niveau IV ou équivalent

 

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Pierre Guillemine, du Gaec de la Bouhardière, dans l’Orne. « Élever les veaux dans un environnement sain - humidité et température - est selon moi le premier facteur de réussite. »
« La gestion pointue des petites génisses permet d’assurer de bonnes croissances »
Plan lacté poussé, passage précoce à l’alimentation solide, ambiance améliorée… Au Gaec de la Bouhardière, dans l’Orne, tout…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière