Aller au contenu principal

Prix du lait : l'OP lait bio Seine et Loire demande un partage équitable de la valeur

Alors que les négociations commerciales entre les distributeurs et les laiteries sont rouvertes depuis fin mars, l'OP lait bio Seine et Loire constate peu d'avancées sur la revalorisation du prix du lait.

© OP Lait bio Seine et Loire

"Nous défendons un partage équitable de la valeur, qui passe par la reconnaissance de l'indicateur "Prix de revient" du lait bio des producteurs de plaine, édité fin 2021 par le Cniel (interprofession laitière)", rappelle Ivan Sachet, animateur de l'OP Lait bio Seine et Loire, une OP transversale qui représente 480 fermes bio du Nord-Ouest, engagées avec six laiteries : Lactalis, Danone, Sill, Olga, Fromagerie de Montsûrs et Laiterie Saint Père.

Un seul accord pour une revalorisation du prix

L'OP constate que depuis que les négociations commerciales entre les distributeurs et les laiteries sont rouvertes, peu d'avancées ont eu lieu. "Lactalis campe pour le moment toujours sur un prix de base en baisse de 7 €/1000 l sur l'année 2022. D'autres laiteries défendent toujours un prix du lait stable par rapport à 2021. Même en équitable, on a du mal à se faire entendre. Pour l'instant, nous n'avons conclu qu'un seul accord, avec La Laiterie Saint père, pour une hausse de 10 €/1000 l sur le prix de base au second semestre", détaille Ivan Sachet.

Et pourtant, sans effort concret des laiteries, c'est l'avenir des producteurs qui est hypothéqué. "Nous demandons à minima une reconnaissance du prix de revient édité par le Cniel fin 2021 à 0,52 €/l pour la construction du prix du lait bio 2022. Alors même que cette valeur ne prend pas en compte l'inflation récente", ajoute Ivan Sachet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
La FNPL promet des manifestations si le prix du lait n’augmente pas à la rentrée
Le syndicat met la pression sur les distributeurs : si le prix de la brique de lait n’augmente pas d’ici le 1er
La proximité des exploitations facilite les collaborations entre éleveurs et céréaliers
Contractualisez-vous avec des céréaliers pour sécuriser vos stocks ?
Des synergies sont possibles entre exploitations d’élevage et de grandes cultures. Cette coopération peut notamment vous…
La part de marchés de la marque Candia dans le rayon des lait de consommation s'élève à 17,5% (+0,2%/2020)
Un résultat en hausse pour Sodiaal mais encore loin de ses ambitions
Après une année tout juste à l’équilibre, la coopérative affiche en 2021 un résultat courant de 10 millions d’euros pour un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière