Aller au contenu principal

Les trésoreries des exploitations laitières du Grand Ouest sont préoccupantes

L’Observatoire de l’endettement et des trésoreries montre une situation 2021 meilleure que 2020 en moyenne pour les éleveurs laitiers clôturant en hiver. Mais les résultats du Grand Ouest sont inquiétants.

Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
© J.C. Gutner

L’EBE est en hausse pour 2021, en moyenne pour les exploitations laitières clôturant en fin d’année, dans les trois zones couvertes par l’Observatoire de l’endettement et des trésoreries piloté par l’Institut de l’élevage(1) : 159 exploitations du Grand Ouest, 202 exploitations du Massif central et 64 exploitations en Dordogne. L’EBE augmente grâce à une hausse du produit lait, malgré l’augmentation des charges.

Les annuités sont stables en montagne (98 €/1 000 l) et en Dordogne (59 €), mais elles augmentent fortement dans le Grand Ouest, atteignant 97 €/1 000 l en moyenne (80 € en 2020).

Des indicateurs dégradés dans le Grand Ouest

Le revenu disponible progresse largement dans les trois zones. Mais celui du Grand Ouest (21 000 € environ par UTH familiale) évolue moins nettement : +23 % par rapport à 2020, qui était en retrait par rapport à 2019. Le revenu disponible des élevages de Dordogne s’envole (+55 %) et atteint près de 25 000 €/UTH familiale. La montagne affiche +31 %, à un peu plus de 20 000 €. Avec des prélèvements privés stables (environ 18 000 € annuels par UTHf), les élevages de Dordogne et du Massif Central dégagent une marge de sécurité. Pas ceux du Grand Ouest, où la marge de sécurité est négative sur toute la période 2019-2021.

La trésorerie nette globale en hausse partout

Les investissements ont baissé dans le Grand Ouest, après une forte hausse en 2020 et restent élevés (37 500 €). En Dordogne, ils augmentent de façon marquée : 38 500 € en 2021 (24 000 € en 2020). Dans le Massif Central, les niveaux d’investissement sont stables à 35 000 €. Dans toutes les zones, ils sont largement financés par des emprunts. Dans le Grand Ouest, l’Institut de l’élevage pointe le retour du refinancement.

La trésorerie nette globale moyenne s’est améliorée, sur les trois zones. Mais « elle atteint un niveau insuffisant dans le Grand Ouest », pointe l’Institut. Les dettes court terme sont restées stables mais élevées : 128 €/1 000 l en moyenne dans toutes les zones.

(1) Le suivi de l’Observatoire est réalisé avec Cogedis, GIE Entr’AS, Cerfrance Alliance Massif Central et Cerfrance Dordogne pour les élevages laitiers.

Un peu moins d’exploitations en situation critique

Les écarts restent très importants entre exploitations. La part d’exploitations en situation critique - TNGneg (1) - s’est réduite, passant de 36 % en 2020 à 33 % en 2021. Mais dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations sont dans ce groupe. Le Massif Central en compte 24 % et la Dordogne 27 %.

Les exploitations peu endettées (2)représentaient 31 % des exploitations en 2020 et 33 % en 2021. Là aussi, l’évolution est positive. Mais encore une fois, le Grand Ouest accuse le coup : seules 21 % des fermes sont peu endettées. En Dordogne, c’est 46 %, et 39 % dans le Massif Central.

La proportion d’exploitations en situation intermédiaire (3) reste stable, entre 33 et 35 % en moyenne sur les trois zones.

(1) Annuités/EBE supérieur à 40 % ou dettes totales/actif supérieur à 40 % ; et TNG négative.
(2) Annuités/EBE inférieur à 40 % et dettes totales/actif inférieur à 40 %.
(3) Annuités/EBE supérieur à 40 % ou dettes totales/actif supérieur à 40 % et trésorerie nette globale (TNG) positive.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière