Aller au contenu principal

Canicule : Les fabrications de fromage AOP Salers sont suspendues

A partir du 12 août, les 78 exploitations engagées dans l'AOP Salers suspendent leurs fabrications de fromage Salers, à cause de l'impact de la sécheresse et de la chaleur sur les prairies.

La fabrication de fromages AOP Salers (du 15 avril au 15 novembre) pourra reprendre si les conditions météo s'améliorent et permettent une repousse de l'herbe d'ici la fin de la saison de fabrication.
La fabrication de fromages AOP Salers (du 15 avril au 15 novembre) pourra reprendre si les conditions météo s'améliorent et permettent une repousse de l'herbe d'ici la fin de la saison de fabrication.
© CIF

« Les prairies sont grillées. Or le cahier des charges Salers stipule que ce fromage doit être élaboré à partir du lait de vaches qui pâturent à satiété, c'est-à-dire à volonté, avec un maximum de 25% de complémentation (foin et concentrés) », explique Laurent Lours, président de la section Salers du Comité interprofessionnel des fromages (CIF).

Peut-être une dérogation à partir de septembre si l'herbe repart

Cet été est particulièrement critique. « En 2019, nous avions obtenu une dérogation pour fabriquer de l'AOP Salers. Elle précise que le pâturage doit représenter au moins 50% de l'alimentation des vaches. Aujourd'hui, on ne peut même pas prétendre à cette dérogation, tellement il manque d'herbe dans les prairies. »

Le Salers est un fromage fermier qui ne peut être fabriqué que du 15 avril au 15 novembre (environ 1200 tonnes par an). Les éleveurs espèrent que la météo s'améliorera et qu'avec la reprise de l'herbe, ils pourront obtenir une dérogation sur la part d'herbe pâturée d'au moins 50% de l'alimentation, pour reprendre des fabrications de Salers avant le 15 novembre.

Les rats taupiers compliquent la donne

Si cet été est historique, il n'en demeure pas moins que produire du Salers devient compliqué, entre les sécheresses à répétition et les dégâts de rats taupiers. « Une ferme a ainsi dû arrêter ses fabrications de Salers dès le 25 juin, à cause de ces deux fléaux qui ont ruiné ses prairies. »

Quand une ferme suspend ses fabrications de Salers, elle transforme souvent son lait en Cantal fermier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
La ferme de Grignon a baissé de 800 g par vache et par jour le tourteau de colza 35 et a pu éviter d'acheter un camion de 30 tonnes de tourteau de colza tanné ce printemps.
« Nous avons limité l'explosion du coût alimentaire sur l’atelier vaches laitières »
Quentin Bulcke, responsable de la ferme expérimentale de Grignon, témoigne des actions ayant permis d'économiser du tourteau de…
Le prix du lait standard conventionnel payé aux producteurs a augmenté de 21% sur les six derniers mois de l'année.
Prix du lait : les coopératives visent 500 €/1000 litres
Lors de sa conférence de presse de rentrée, les coopératives membres de la Coopération laitière ont assuré vouloir augmenter…
La brique de lait Merci! est depuis juillet à 0,92 €/l, avec un prix primes comprises garanti aux éleveurs de 480 €/1000 l pour un lait en non-OGM, avec du pâturage.
Prix du lait : l’OP Saint-Père exaspérée par Les Mousquetaires
Alors qu’Intermarché (Les Mousquetaires) se targue d’accepter des hausses de tarifs sur les produits laitiers, l’organisation de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière