Aller au contenu principal

Nutrition animale
Valorex : des contrats pour pérenniser la production française de protéagineux

© Yanne Boloh

 

Après le lin, Valorex lance des contractualisations sur le modèle promu il y a vingt ans, mais cette fois en féverole, lupin et pois destinés à la nutrition animale. La société a validé les variétés nutritionnellement intéressantes et les traitements technologiques associés dans le gros projet Proleval conduit depuis 2015 et pour six ans avec l’Inra, Terrena et Dijon Céréales. À l’occasion de la présentation des résultats intermédiaires de ce projet, le 2 juillet à Combourtillé (Ille-et-Vilaine), Béatrice Dupont (directrice Développement) et Guillaume Chesneau (directeur Recherche et Innovation) ont présenté une nouvelle ligne pilote.

Outre les aspects variétaux et agronomiques, le projet s’intéresse au process de valorisation des matières premières via des traitements thermiques, enzymatique, fermentaire… « Nous avons testé 2 507 modalités technologiques pour caler cette ligne pilote qui sera amenée, dans les deux ans restant pour le projet, à être déployée au niveau industriel », explique Béatrice Dupont. Cette ligne coûtera entre 1,5 et 3 M€ dans un site industriel partiellement installé. L’entreprise s’appuie sur les résultats validés chez les ruminants, les volailles et les porcs dans le cadre du projet de recherche pour lancer sa gamme Prodival. Mais elle doit sécuriser sa production, d’où l’intérêt de contractualiser avec les agriculteurs. « Les protéagineux présentent de réels intérêts agronomiques sur la structure du sol et comme tête de rotation avant une céréale, mais la variabilité des cours n’incite pas les producteurs à les insérer dans leur pratique. Plusieurs plans protéiques ont été mis en place sans succès, nous proposons de prendre la question autrement », résume la directrice du développement.

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne