Aller au contenu principal

Protéines végétales
Tourteaux, valeur ajoutée en plus pour les fabricants d'aliments pour animaux

La production de tourteaux se diversifie, entre les triturateurs « traditionnels » et les nouveaux outils financés au moins pour partie par les fabricants d’aliments pour animaux.

© Yanne Boloh

Depuis plusieurs années, les fabricants d’aliments pour animaux grignotent la valeur ajoutée de leur amont en investissant dans des outils de valorisation des graines oléoprotéagineuses. Bunge, Cargill, Saipol, Valtris-Champlor (Verdun, dans la Meuse), Centre Ouest Céréales (Chalandray, dans la Vienne) ne sont donc plus les seuls à produire des tourteaux.

Dans les années 80, voire 90, plusieurs fabricants d’aliments pour animaux avaient tenté l’extrusion. Aujourd’hui, les process sont plus variés entre l’extrusion pure ou « adaptée » (Extrusel, Promash, Tromelin…) et la trituration classique comme à Soleil de Loire du groupe Ciab (tourteaux bio pour la filiale Mercier) ou l’Ufab (Craon, en Mayenne), en passant par des process innovants comme celui de Sojalim d’Euralis-Sanders (Vic-en-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées) qui envisage de doubler sa capacité.

Projet complet en bio

Le dernier investissement est Oléosyn Bio, programme réalisé en commun par Avril et Terrena et soutenu par Sofiprotéol (Thouars, dans les Deux-Sèvres), pour travailler les graines de soja, de tournesol et de colza bio selon le process qui fonctionne dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce projet complet de filière bio implique des agriculteurs, des organismes stockeurs, des fabricants d’aliments pour animaux, des éleveurs, des huiliers et des transformateurs. Il permet, notamment, de contractualiser, sur plusieurs années, des volumes et des prix, donnant ainsi davantage de visibilité et de sérénité à l’ensemble de la filière.

Valorisant les productions végétales de ses adhérents, Terrena apporte les graines bio de colza et de tournesol majoritairement, tandis que d’autres coopératives partenaires apportent les graines de soja bio. Avril assure sa propre collecte. Dans une logique de « circuit court », les tourteaux bio seront consommés par les sites de production de nutrition animale bio de Terrena et Sanders (groupe Avril), situées dans le grand Ouest, tandis que l’huile bio sera, notamment, valorisée par les marques de Lesieur : Isio 4 bio, Cœur de tournesol bio.

Le process de cet outil de trituration mécanique applique une double pression pour le tournesol et le colza. Opérationnel depuis cet été, l’outil devrait triturer 35 000 t de graines par an. « Il sera saturé dès 2021, alors que le projet prévoyait une saturation en 2023 », se réjouit Philippe Manry, directeur général de Sanders.

Enfin, des unités « traditionnelles » comme celles de Cargill et de Bunge s’essayent au blutage qui concentre les protéines dans les tourteaux de colza et de tournesol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
[Covid-19] Les filières de la transformation des grains sereines sur les livraisons pendant le reconfinement
Si des inquiétudes sur l'impact économique de ce nouveau confinement se font sentir, les transformateurs de grains se veulent…
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
Une protéine de levure développée par Biospringer
La filiale de Lesaffre lance une protéine pour les nouveaux marchés alimentaires.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne