Aller au contenu principal

Soja - Une croissance trop rapide des capacités de trituration aux Etats-Unis ?

Une étude réalisée par le bureau Knowledge Exchange, dépendant d'une banque états-unienne, la CoBank, a été publiée fin mars 2024. Elle rappelle que les capacités de trituration de soja aux Etats-Unis pourraient grimper de 23 % dans les trois prochaines années.

© SooYeongBeh-Pixabay

Et si les capacités de trituration de soja aux États-Unis augmentaient trop vite ? C'est la crainte qui ressort d'une étude réalisée par le bureau Knowledge Exchange, filiale de la banque états-unienne CoBank, spécialisée dans le financement de projets agricoles, publiée fin mars 2024. Cela pourrait à terme menacer la pérennité économique de certains projets et, par ricochet, réduire la demande locale en graines

Lire aussi : Cargill Australie projette d'investir 600 M$ dans une usine de trituration de colza

Selon un croisement de données entre diverses sources (USDA, Association états-unienne des producteurs de soja, etc.), le bureau d'études états-unien rappelle que la croissance des capacités de trituration de graine de soja au pays de l'Oncle Sam s'est élevée à 7 % entre 2021 et 2023, et est projetée à 23 % lors des trois prochaines années. Plus en détail, 11 nouvelles installations sont attendues entre 2024 et 2026, pendant que 4 autres déjà existantes verront leurs capacités s'accroître, ou se réorienter vers le broyage de soja. Ceci en raison de marges de trituration record ces derniers temps, permettant de financer de nouveaux investissements, et d'une demande accrue en biodiesel renouvelable, utilisant la technologie HVO (Hydrotrated Vegetable Oil), explique Knowledge Exchange. Cela devrait dans un premier temps engendrer une pression haussière sur les prix de la graine, qui pourra être tempérée par l'augmentation des importations états-uniennes de graine de soja, en provenance d'Amérique latine, argue la société.

Source : CoBank

Y aura-t-il suffisamment de demande en tourteau de soja ?

Mais cela signifie que les usines devront supporter des coûts de matières premières plus élevés. De plus, la profitabilité des sites via la vente de tourteaux pourrait reculer, au vu de la forte augmentation de la production nationale, faisant pression sur les prix de la matière première, alors que la demande états-unienne en viande voire les besoins de la Chine semble faiblement progresser. « La hausse des coûts des intrants et l’incertitude de la demande des consommateurs (de viande) ont freiné les prévisions de croissance des protéines animales. (...) La production états-unienne de protéines animales se stabilise et n’a toujours pas retrouvé son niveau de 2019 », précise l'étude.

Enfin, l'augmentation récente des taux d'intérêt renchérit les coûts de financement, ce qui fait dire à Knowledge Exchange que cela peut menacer la viabilité de projets locaux ayant eu recours à un fort endettement. Ainsi, le nombre de sites ou les capacités de trituration pourraient ne pas augmenter aussi vite qu'attendu après 2026 aux États-Unis.

Les plus lus

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

Météo en Russie : faut-il vraiment s’inquiéter des effets du gel sur le blé tendre ?

Les cours du blé tendre ont fortement progressé sur Euronext ces dernières semaines, compte tenu d’une météo jugée adverse en…

Moisson 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Moisson française 2024 – Hausse des surfaces prévues en maïs, stabilité en tournesol, conditions de culture contrastées en céréales d’hiver

Le service de Statistique et prospective du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire (Agreste) vient de…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne