Aller au contenu principal

Conjoncture économique
PIB en hausse au 2ème trimestre mais attention à la consommation

Si la croissance économique a connu une certaine vigueur, les dépenses de consommation ne décollent pas, notamment dans l'alimentaire.

© Nattanan Kanchanaprat / Pixabay

Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 1,1 %, en volume, au deuxième trimestre 2021 alors qu’il était stable au premier et qu’il avait reculé de 1,1 % au quatrième trimestre de 2020, d'après les nouveaux chiffres publiés ce 31 août 2021 par l'Institut national de la statistique et des études économique (Insee).

Il avait baissé de 8 % pour l’ensemble de l’année de 2020 et l’acquis de croissance pour 2021 s’affiche désormais à + 4,8 %. Le PIB est encore inférieur de 3,2 % à son niveau du quatrième trimestre de 2019, dernier trimestre d’avant crise de la Covid-19, mais rattrape progressivement son retard (l’écart était de - 4,3 % pour les deux trimestres précédents.

L’alimentaire en berne

Toujours pour la période avril à juin 2021, les dépenses de consommation des ménages sont reparties à la hausse (+ 1 % après être restées stables de janvier à mars) mais demeurent en deçà de leur niveau d’avant crise (- 5,9 % par rapport au quatrième trimestre de 2019). Elles avaient reculé de 7,2 % pour l’ensemble de 2020.

Mais attention, dans le secteur alimentaire, la consommation des ménages a reculé de 1,8 % sur le deuxième trimestre 2021 (+ 0,5 % au premier trimestre, + 0,7 % au dernier trimestre 2020 et + 3 % pour l’ensemble de l’année 2020). Et au deuxième trimestre de 2021, la consommation des ménages en alimentaire progresse un tout petit peu par rapport à son niveau du dernier trimestre de 2019. C’est le plus faible écart positif par rapport au trois trimestres précédents.

Confirmant cette problématique de la consommation des ménages, l’indicateur publié pour juillet par l’Insee, ce 31 août, indique à nouveau une nette diminution (- 2,2 % par rapport à juin) pour la consommation en biens et « une nouvelle baisse » en alimentaire : - 2,9 % en juillet après – 2,5 % en juin.

Revenu disponible, emploi et inflation

Pour sa part, le revenu disponible brut des ménages a rebondi au deuxième trimestre (+ 0,8 % après – 0,1 %). Il « reste ainsi très au-dessus de son niveau d’avant-crise (+ 2,7 % par rapport au quatrième trimestre 2019) » précise les économistes de l’Insee. Autres constatations sur l’activité économique de la France ce second trimestre : l’emploi total repart à la hausse, « en lien avec le rebond de l’activité », et le salaire moyen par tête d’habitant accélère légèrement. De leur côté, les prix de la consommation des ménages ralentissent, après la nette hausse du trimestre précédent (+ 0,2 % après + 0,8 %).

Enfin, le taux d’épargne des ménages, auquel les économistes sont très attentifs car il pourrait être un levier puissant de la relance économique, diminue pour le deuxième trimestre consécutif mais la baisse reste limitée : le taux d’épargne atteint encore 21,4 % après 21,6 % au premier trimestre 2021. Il reste ainsi très au-dessus de son niveau moyen de 2019 (15 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne