Aller au contenu principal

Usipa/ANMF
[Covid-19] Pas de pénurie, selon la meunerie et l'amidonnerie française

Répondant à des rumeurs de pénuries qui circulaient dans les médias généraux, l'Usipa (Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés) et l'ANMF (Association nationale de la meunerie française) ont tenu à rassurer leurs clients/consommateurs.

Jean-François Loiseau, président de l'ANMF
© ANMF

Pas de panique ! C'est le message qu'ont voulu faire passer deux importants syndicats de la première transformation des grains : l'Usipa (Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés) et l'ANMF (Association nationale de la meunerie française). Le 1er mai, l'Usipa assure « qu'il n’y a pas de risque de rupture de livraison pour les clients ». L'ANMF déclare, le 4 mai, « qu'il n'y a pas de pénurie pour la farine française ».

L'Usipa précise que les amidonneries tournent et qu'elles se sont adaptées au contexte rendu difficile par la pandémie de Covid-19. La demande pour les produits des amidonniers s'avère dynamique, portée par le dynamisme des secteurs de la nutrition animale, de la pharmacie et de l'industrie du papier carton, rappelle le syndicat. « C’est l’engagement de tous nos salariés qui a permis de maintenir l’activité des usines et les relations privilégiées que nous avons avec nos clients, nos fournisseurs, et les opérateurs de fret qui nous a permis d’arriver à ce résultat et nous les en remercions. Nous sommes confiants de pouvoir tenir ce cap dans la mesure où le Covid-19 est contenu », s'est félicitée Marie-Laure Empinet, présidente de l'Usipa.

De son côté, l'ANMF, par la voix de son président Jean-François Loiseau, explique que « la raréfaction des paquets de farine dans les rayons de la grande distribution est une réalité, mais évoquer une pénurie en France, deuxième pays européen de production de farine, relève de la pure fiction ».

Une demande en sachets de 1 kg multipliée par 2 à 5

Le syndicat des meuniers admet donc un manque de sachets de 1 kg dans les grandes et moyennes surfaces (GMS) et a tenu à s'en expliquer. Il rappelle que, traditionnellement sur 4 Mt de farine annuellement produite, 190 000 t sont destinées au marché des paquets de 1 kg vendus aux distributeurs. Le confinement a engendré une multiplication par 2 à 5 de la demande pour ces produits spécifiques, « selon les premiers résultats d'enquête ». Problème, l'Allemagne, principal fournisseur des dits sachets, privilégie désormais son marché intérieur, provoquant un manque au niveau hexagonal. Ajoutons à cela les problèmes logistiques, ralentissant d'autant plus les livraisons aux moulins. « Les meuniers français se sont donc pleinement mobilisés pour renforcer leurs capacités de production et de conditionnement, afin de répondre à la demande des consommateurs (travail 7/7 et 24H/24, gammes resserrées pour produire les farines les plus demandées…) », précise l'ANMF.

Les représentants des meuniers rappellent, par ailleurs, que la demande émanant de la boulangerie artisanale et des industrie agroalimentaires, représentant 90 % des achats de farine, a chuté depuis le début du confinement mi-mars, renforçant l'idée qu'une pénurie de farine en France est illusoire.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne