Aller au contenu principal

Alimentation du bétail - Elevage
Nutrition animale - Sanders met en place 3 types d’aides et 6 M€ pour les éleveurs

Dès cet automne, Sanders actionne un dispositif d’aides directes aux éleveurs en trois volets pour un total de 6 M€.

Philippe Manry, directeur général Sanders
© Yanne Boloh

Après avoir communiqué auprès du grand public l’an dernier pour mettre en valeur l’élevage, Sanders a lancé cette année, durant le Space, son dispositif d’aides directes aux éleveurs.

Pour Philippe Manry, Directeur Général du fabricant d’aliments pour animaux, il est essentiel de soutenir les éleveurs pour leur installation et leur modernisation mais aussi pour amortir la variabilité des cours des protéines. « Nous aurions pu investir cette somme dans nos usines mais au côté de notre plan annuel d’investissement, nous voulons aussi soutenir nos clients et nos futurs clients afin d’éviter qu’ils ne décapitalisent et pour les aider à s’installer », résume le dirigeant.

C’est pourquoi les 6 M€ que l’entreprise consacre à cette action seront répartis en trois volets en trois parts à peu près égales. La cible des jeunes installés (depuis moins de 5 ans) en chèvres laitières, en brebis allaitantes, en lapins, en bovins engraissement, en volailles de chair ou en porcs sera soutenue pour des montants allant de 2 000 à 100 000€. Pour le second type d’aide, plafonnée à 3000 € par projet et 15 000€ par exploitation, c’est la modernisation qui est visée sur des sujets de sécurité (rénovation de silos), d’hygiène (aire de lavage) et de durabilité (parcours arboré, audits HVE ou Cap2ER, équipements de mesure, abonnement à des outils de suivi technico-économique …). Les bovins lait seraient plutôt concernés par cette aide ci ou par le troisième volet. Ce dernier concerne en effet les achats de produits riches en protéines (>32%). Sanders propose déjà dans ses contrats une option baptisée Sécuripro pour que l’éleveur puisse bénéficier d’une baisse éventuelle des prix des matières premières. L’entreprise prendra à sa charge 50% de cette assurance qui donne de la visibilité aux éleveurs en sécurisant leur prix de revient.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF fait le point sur la hausse des coûts de production de la farine (blé, énergie, papier, carton…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne