Aller au contenu principal

Protéines végétales
La filière Luzerne déshydratée est dans les starting-blocks

La filière souhaite investir 42 M€ pour accroître sa production de 100 000 t d’ici 2022 et contribuer à l’amélioration de l’autonomie protéique française. Elle postule pour obtenir 20 M€ dans le cadre du plan de relance.

© Yanne Boloh

Avec 800 000 t par an – hors année de sécheresse qui, comme cette année, plombe d’au moins 20 % la récolte –, la production de luzerne déshydratée contribue à hauteur de 7,5 % à l’offre protéique en France, selon Éric Guillemot. Il dirige La Coopération agricole luzerne de France, tout en étant secrétaire général de la Cide, organisation européenne des producteurs. La part des ventes en dehors de la France n’est pas connue, mais les flux sont réels en « local » vers la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la Suisse notamment.

Au total, les surfaces semées en luzerne dans l’Hexagone avoisinent les 350 000 ha selon le RGA, dont 68 000 ha dédiés à la production de luzerne déshydratée (80 % en Champagne-Ardenne). Le boum du bio se fait bien sentir dans le secteur. 

Pour exemple, Capdea (Aube) se lance dans un projet de 13 M€, notamment pour passer de 10 à 25 % de luzerne bio. Grasasa à Sainte-Sabine-Born (Dordogne) continue à se développer sur ce segment qui représente déjà 70 % de sa production. Sidésup (filiale de Cristal Union) a engagé un fort développement en bio dans le sud de l’Île-de-France, en betterave comme en luzerne.

Jouer éco-scheme et transition énergétique

La disparition prévue dans la nouvelle Politique agricole commune de l’obligation des surfaces d’intérêt écologique, dans lesquelles s’épanouissait la luzerne, et la suppression probable des aides à l’hectare (112 à 150 €/ha) rebattent les cartes pour le futur de la déshydratation. La filière plaide donc pour le maintien d’une aide couplée dans la future Politique agricole commune et, surtout, pour que la luzerne prenne toute sa place dans le dispositif Eco-scheme (éco-dispositif). La filière propose que ses externalités positives soient rémunérées jusqu’à 300 €/ha. Les producteurs conserveraient ainsi des bandes non récoltées de 3 à 7 mètres de large pour la biodiversité.

« Les usines projettent également des plans massifs d’investissement pour la transition écologique dans le cadre du green deal. Au total, quelque 42 M€ sont d’ores et déjà envisagés d’ici 2022. Nous postulons donc pour 20 M€ dans le cadre du plan de relance. Cela permettrait une augmentation de la capacité de production de 100000 t, soit une progression de 12,5 %. La luzerne peut donc et veut contribuer à atteindre l’objectif du ministère de l’Agriculture, qui est de passer l’autonomie de la France en matières riches en protéines de 53 à 63 % », conclut Éric Guillemot.                 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

InVivo et Groupe Soufflet ont signé un accord de rachat
Plusieurs autorités de concurrence se pencheront sur l’opération. Cette dernière pourrait être finalisée avant la fin de l’année.
« Il n’est pas impossible que la sole française de colza (pour la récolte 2021) tombe sous les 900 000 ha »  
Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes cultures de FranceAgriMer, et Catherine Cauchard, chef de projet Céré’…
Paulic Meunerie : capacités de production et innovation pour l'élevage d'insectes
Fort de la progression de son chiffre d’affaires en 2020, du développement de son outil industriel et de son procédé Oxygreen, le…
Prix des Céréales le 4 mai : hausse généralisée des cours du blé tendre, de l’orge fourragère et du maïs

Les prix du blé tendre et du maïs sur le marché physique français ont progressé entre les 3 et 4 mai, à l’image des marchés à…

Prix du blé/maïs : comment expliquer une telle volatilité  ?
Divers experts ont livré leur analyse sur les causes pouvant expliquer la forte hausse et la volatilité accrue des prix des…
Protéine d'insecte : Cargill et InnovaFeed étendent leur partenariat à l’alimentation pour les porcs
Travaillant ensemble depuis plus de trois ans, les deux structures vont intensifier l’utilisation des insectes comme base en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne