Aller au contenu principal

Dossier "Protéine en nutrition animale"
Les microalgues lèvent des fonds

Les microalgues sont des organismes unicellulaires photosynthétiques. Il en existe entre 40 000 et 60 000 espèces, dont trois principales (spiruline, chlorelle, dunaliella) font l’objet d’une production industrialisée.

Les microalgues constituent l’une des pistes pour accroître la production européenne de protéines. Même s’il n’existe pas encore de marché pour la protéine de microalgues, il s’en dessine à l’horizon de deux ans, selon les experts, car la production progresse. Déjà utilisés dans des applications aussi diverses que les cosmétiques, les produits de santé, le traitement des eaux ou la fertilisation, ces végétaux trouvent des applications concrètes dans l’alimentation humaine et en nutrition animale, surtout dans les aliments spéciaux. Les arguments déployés par leurs promoteurs, comme Vitor Verdelho Vieira (président de l’EABA, European Algae Biomass Association), font une large part à la durabilité. «La production d’un kilo de matière sèche de microalgues ne demande que 15 litres d’eau et 2 à 3kg de CO2, tout cela sur moins de 0,1m2», a-t-il expliqué lors du symposium organisé par l’Ifipp (International Platform of Insects for Food and Feed) à Bruxelles le 6 novembre dernier. Le lobbying des productions de microalgues a permis, dès 2011 (amendement “algues”), de les introduire dans le catalogue européen des matières premières autorisées en nutrition animale dans la rubrique 7 : algue, algue séchée, tourteau d’algues, huile d’algue, extraits d’algues, macroalgues sont donc autorisés pour peu que leurs noms soient spécifiés et qu’ils répondent bien aux critères de sécurité sanitaire.

Un investissement de 350 M$

Selon Justin Sherrard, analyste stratégique à la Rabobank, l’intérêt des financiers est bon pour cette alternative puisque les investissements internationaux dans les microalgues ont dépassé les 350 M$ l’an dernier, contre un peu plus de 250 M$ pour les protéines d’insectes et environ 100 M$ pour les protéines bactériennes.

Il existe deux grands types de systèmes de production : ouverts et fermés. Ces derniers sont toujours de plus petite taille : maximum 150 t/an pour les quatre plus gros ateliers dépassant 1 000 m3 (BGG, Algatech, Buggypower et Allmicroalgae). Il n’existe pas de très grands sites “ouvert” qui produiraient plus de 5 000 t/an par exemple (dépassant donc 100 ha). L’EABA a identifié plus de 500 sites de moins de 5 ha (10 à 100 t/an), environ 300 unités de taille moyenne (5 à 50 ha), surtout en Chine et dans les autres pays d’Asie (capacité de 100 à 500 t/an), et moins de 20 sites de 50 à 100 ha qui sont, généralement, des producteurs de spiruline (1 000 à 5 000 t/an).

Pour la FAO, qui comptabilise quarante espèces cultivées, la production de plantes aquatiques connaît une croissance continue depuis les années 90 jusqu’aux 31,2 Mt de 2016. Plus de 30 Mt sont des macroalgues, dont l’expansion de la production d’espèces tropicales pour la production de carraghénanes, notamment en Indonésie (11 Mt), explique la forte croissance ces dernières années. La FAO chiffrait à 89 000 t les microalgues “cultivées” en 2016, dont… 88 600 t en Chine. Mais reconnaissait l’imprécision de ces valeurs en raison d’un manque de données chez d’importants producteurs comme : «l’Australie, la France, l’Inde, Israël, le Japon, la Malaisie et le Myanmar».

 

 

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne