Aller au contenu principal

Syndicalisme
Les déshydrateurs attendent la reconnaissance de leurs efforts environnementaux

La Coopération agricole redoute les effets désastreux d’une réglementation jugée inappropriée

« La directive européenne qui encadre la taxation du carbone est une menace extrêmement importante pour notre secteur, avertit Éric Guillemot, directeur La Coopération Agricole Luzerne de France, à droite, aux côtés de Pierre Begoc (directeur général de Désialis, à gauche) et Eric Masset (président de La Coopération Agricole Luzerne de France, au centre)
© G. Omnès

« La directive qui taxe le carbone est une menace pour notre métier. La hausse du prix de la tonne carbone risque de peser lourd », a dénoncé Éric Guillemot, directeur de La Coopération Agricole Luzerne de France, à Paris le 18 février. Une réglementation non adaptée aux activités de la filière Luzerne déshydratée, selon ce dernier. Par ailleurs le syndicat réclame davantage de soutien pour la production et la transformation des luzernes, au travers des aides à la protéine, des paiements pour service écologique (PSE), de la reconnaissance du statut "Fuite de carbone", et d’annonces d’Emmanuel Macron lors du Salon international de l'agriculture, très attendu sur la question du Plan protéines.

Une filière en danger

« La directive taxant le carbone est conçue pour les industriels de l’acier et du ciment notamment, mais pas pour l’agriculture. Elle taxe les émissions et non le bilan alors que nous stockons plus de carbone que nous en rejetons », regrette Éric Guillemot. Pour sortir de cette situation, La Coopération Agricole souhaiterait que l’activité de déshydratation bénéficie du statut européen "Fuite de carbone" qui permet à certaines industries d’obtenir des quotas démission de CO2 gratuits plutôt que de se délocaliser dans des zones géographiques moins contraignantes. « Donc nous disons aux Politiques, si le plan Protéines est stratégique, il faut le présenter. La taxe carbone peut atteindre des niveaux incroyables, jusqu’à 200 euros/ha d’ici 2026 », a assuré Éric Guillemot. Selon Éric Masset, président de La Coopération Agricole Luzerne de France , « la France produit 53 % de sa consommation de protéines (contre 35 % à l’échelle de l’UE). Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, souhaite faire progresser ce chiffre à 63 % », ajoutant que « le président Macron pourrait annoncer des réponses sur cette hausse de la production de protéines lors du Salon international de l’agriculture ».
La piste des paiement pour services environnementaux a été également été évoquée.«Les bandes de luzernes non fauchées ont un impact mesurable sur l'écosystème avec un regain de présence des oiseaux, abeilles ou d'autres insectes», a insisté Eric Masset. Des pratiques qui ont un coût estimé à 200 euros/ha par le syndicat qui aimerait une aide de type PSE d'un montant équivalent.
Le président de La Coopération Agricole Luzerne de France a annoncé que la structure présenterait son plan stratégique à l'horizon 2026 d'ici la fin de l'année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Céréales/Oléagineux : « La bourse des grains du 11 septembre se présente bien malgré la crise que nous traversons »
Dans le contexte exceptionnel de Covid-19 et de faible récolte de grains français, le président d’Agro Paris Bourse, Baudouin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne