Aller au contenu principal

Filière biologique
Les défis du 100 % bio en alimentation animale

Repoussée d’un an en raison de la Covid-19, l’application du nouveau règlement européen bio 2018/848 va imposer, dès le 1er janvier 2022, des formules d’aliments pour animaux totalement bio. La possibilité d’utiliser 5 % de matières très protéinées non bio (gluten de maïs ou concentré protéique de pommes de terre) touche à sa fin. « Mais de nombreuses interrogations subsistent sur les conséquences zootechniques, agronomiques et économiques de cette mesure », résume Antoine Roinsard de l'Institut technique de l’agriculture biologique (1).

© Marc Descamps

Cette échéance, prévue depuis 2010, et plusieurs fois repoussée, inquiète. « Les industriels amidonniers ne sont pas encore prêts à proposer en bio du gluten de maïs et du concentré  protéique de  pommes de terre, mais cela pourrait évoluer », note La Coopération agricole. En attendant, malgré des recherches menées sur des alternatives, difficile de trouver des solutions satisfaisantes sans baisse de performances et surcoûts. A noter que deux catégories d’animaux bénéficient d’un report, au 31 décembre 2026, du 100 % bio dans leurs aliments : les jeunes volailles, dont la définition française est discutée au Comité national de l’agriculture bio (Cnab) de l’Inao (elle concernerait les animaux non arrivés à maturité sexuelle, donc les poulettes pour les pondeuses et les poulets de chair), et les porcs de moins de 35 kilos. Autre évolution au 1er janvier 2022 : le lien au sol pour les monogastriques passe de 20 à 30 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Arterris développe son activité Meunerie en toute autonomie
Suite au rachat en totalité des Moulins pyrénéens, le groupe coopératif prend les choses en main et déploie ses filières…
Saipol annonce avoir collecté 80 000 t de graines de colza et de tournesol en 2020 via sa plateforme OleoZE
L’industriel Saipol explique avoir en moyenne rémunéré de 25 €/t supplémentaires les agriculteurs ayant vendu leurs graines en…
Axéréal : début du plan de restructuration au printemps 2021
Suppressions d'emplois, plan de départs volontaires et fermetures de sites au programme.
La Fondation Avril et Citizen Capital lancent le fonds Agri Impact
L'objectif du fonds Agri Impact est de lever 50 M€ dans les prochains mois, afin de soutenir la transition agricole, en finançant…
Baisse des chiffres d’affaires en boulangerie-viennoiserie-pâtisserie au quatrième trimestre 2020
Les chiffres d’affaires globaux, mais aussi par segment de produits, sont tous en retrait, selon la Fédération des entreprises de…
Les raisons de la non flambée des cours du blé dur depuis novembre 2020
La production canadienne de blé dur s’est avérée supérieure aux attentes, et la Covid-19 n’a vraiment dopé la consommation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne