Aller au contenu principal

Filière biologique
Les défis du 100 % bio en alimentation animale

Repoussée d’un an en raison de la Covid-19, l’application du nouveau règlement européen bio 2018/848 va imposer, dès le 1er janvier 2022, des formules d’aliments pour animaux totalement bio. La possibilité d’utiliser 5 % de matières très protéinées non bio (gluten de maïs ou concentré protéique de pommes de terre) touche à sa fin. « Mais de nombreuses interrogations subsistent sur les conséquences zootechniques, agronomiques et économiques de cette mesure », résume Antoine Roinsard de l'Institut technique de l’agriculture biologique (1).

© Marc Descamps

Cette échéance, prévue depuis 2010, et plusieurs fois repoussée, inquiète. « Les industriels amidonniers ne sont pas encore prêts à proposer en bio du gluten de maïs et du concentré  protéique de  pommes de terre, mais cela pourrait évoluer », note La Coopération agricole. En attendant, malgré des recherches menées sur des alternatives, difficile de trouver des solutions satisfaisantes sans baisse de performances et surcoûts. A noter que deux catégories d’animaux bénéficient d’un report, au 31 décembre 2026, du 100 % bio dans leurs aliments : les jeunes volailles, dont la définition française est discutée au Comité national de l’agriculture bio (Cnab) de l’Inao (elle concernerait les animaux non arrivés à maturité sexuelle, donc les poulettes pour les pondeuses et les poulets de chair), et les porcs de moins de 35 kilos. Autre évolution au 1er janvier 2022 : le lien au sol pour les monogastriques passe de 20 à 30 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Céréales et oléoprotéagineux bio : la baisse de la consommation entraîne une détente des prix
Alors que les données FranceAgriMer arrêtées au 1 er novembre affiche un recul de 7 % des utilisations de blé tendre…
Des exportations de céréales records depuis plus de 10 ans au départ de Dunkerque
La campagne commerciale hexagonale de céréales 2022/2023 a démarré sur les chapeaux de roues, confirme l'opérateur portuaire Nord…
Les groupes BZ et Bunge signent un partenariat
Le partenariat entre Groupe BZ et Bunge permettra notamment d'accroître, à Rouen, le potentiel de développement de la zone…
Crise énergétique - Les malteurs français veulent une solution rapide pour éviter des pertes de marché à l'international
Maillons incontournables de la filière Bière, les malteurs hexagonaux s'inquiètent de la flambée des cours de l'énergie, gaz en…
Céréales - La Tunisie pourrait importer 250 000 t de blé tendre français en 2022/2023 selon Intercéréales
Des responsables d'Intercéréales et de FranceAgriMer se sont rendus à Tunis le 9 novembre, à l'occasion des rencontres annuelles…
Marché des engrais - un souffle de détente sur des prix toujours fermes
Enjeu stratégique au niveau mondial pour assurer des niveaux de récolte attendus, le marché des engrais fait plus que jamais l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne