Aller au contenu principal

Le groupe Avril lève 1,18 milliard d'euros

Le groupe Avril espère accélérer son développement et "devenir le leader des solutions végétales". Les fonds levés auprès des banques partenaires se basent sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

© geralt-Pixabay

Le groupe Avril a annoncé avoir levé auprès de ses partenaires bancaires 1,18 milliards d'euros dans un communiqué du 9 septembre. Dans le détail, il s'agit d'un prêt de 900 millions d'euros, ajouté à un programme de titrisation de créances commerciales de 280 millions d’euros. Les banques BNP Paribas et Crédit Agricole d’Île de France se chargent du prêt, pendant que la filiale banque d'investissement du Crédit Agricole, Crédit Agricole CIB (Corporate and Investment Bank), s'occupe de la partie titrisation.

Le groupe rappelle les quatre pilliers de son développement : « les ingrédients de spécialité, les produits de grande consommation, les énergies renouvelables, et les produits et services pour le monde agricole ».

 

 

Avril précise que « pour la première fois », des objectifs de performance extra-financière sont inclus, basés sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), au nombre de trois. Le premier concerne le climat, avec un objectif de baisse de 30% des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2030 par rapport à l’année de référence 2019. Le deuxième concerne la sécurité des personnes, avec un objectif de baisse du taux d’accident. Le troisième concerne la parité homme-femme, avec un objectif de hausse de « la part des femmes dans le top management du Groupe », explique le communiqué.

L’entité indique qu’ING et La Banque Postale seront les coordinateurs RSE (Responsabilité Civile des Entreprises), et se chargeront donc du respect des critères ESG.

Pour cette opération, la société agro-industrielle a été conseillée par la banque Lazard et le cabinet d’avocats UGGC.

Cette annonce se fait dans un contexte de guerre en Ukraine, engendrant une flambée de prix de l’énergie, inquiétant les industriels quant à la disponibilité future de cette dernière. InVivo présentait d’ailleurs le 2 septembre son plan d’économie d’énergie.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF fait le point sur la hausse des coûts de production de la farine (blé, énergie, papier, carton…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne