Aller au contenu principal

Recherche et développement
L’agave pour produire du bioéthanol en Australie

Une équipe de chercheurs et une entreprise de sucre testent la possibilité d’utiliser l’agave bleu pour fabriquer de l’éthanol et d’autres coproduits.

L'agave bleu est testé aujourd'hui en Australie pour fabriquer de l'éthanol
© Alejandra Jimenez/Piaxabay

La publication récente d’un article de chercheurs australiens et internationaux des universités de Sydney, d'Exeter et d'Adélaïde fait état de la possibilité d’utiliser l’agave bleu (plante de la famille des Asparagaceae, connue pour entrer dans la composition de la tequila au Mexique) comme base pour produire du carburant de type bioéthanol mais aussi des désinfectants pour les mains.

L’expérimentation est conduite dans l’extrême nord de l’Australie par MSF Sugar (un spécialiste intégré de la canne à sucre) et s’avère intéressante à plusieurs niveaux dans le processus de production de biocarburants. Tout d’abord, les agaves peuvent pousser en milieu semi-aride (comme au Mexique et dans le sud des Etats-Unis par exemple) et sont donc résistants à la chaleur (une qualité intéressante au temps du changement climatique). Ils ne nécessitent pas de système d’irrigation, ne rentrent pas en concurrence avec d’autres cultures vivrières et sont peu gourmands en engrais.

Intérêts multiples

Les auteurs de l’étude affirment que le rendement de l’agave s’élève à 7 414 l/ha/an contre 9 900 l/ha/an pour la canne à sucre brésilienne et 3 800 l/ha/an pour le maïs étatsunien. Toujours selon les chercheurs engagés dans ces travaux, l’agave se révèle bien plus intéressante que les deux autres matières premières agricole qui lui sont comparées en termes d’impacts sur le cycle de l’eau (eutrophisation des eaux douces, écotoxicité marine, consommation d’eau…). Il consomme 69 % moins d’eau que la canne à sucre et 46% moins d'eau que le maïs pour le même rendement, selon l’étude. L’agave, récoltée à 5 ans et à partir de 3 000 plants dans l’expérimentation actuelle (50 000 plants bientôt disponibles), présente aussi des avantages non négligeables en matière de cycle de l’utilisation en énergie carbone et d’impact sur le réchauffement climatique. En revanche, l’impact sur l’utilisation des sols (surface occupée par unité d’éthanol produite) est nettement plus important par rapport au maïs et quasi égal par rapport à la canne à sucre.

Pour l’heure, il s’agit bien de R&D et la production de bioéthanol d’agave ne serait pas viable économiquement sans soutien du gouvernement. « Seul l'Agave tequilana a été importé par nos collègues agronomes pour ce processus de recherche. Apparemment, A. tequilana utilise une levure spéciale appelée Saccharomyces (NDLR : levure de bière et levure du boulanger) tandis que les autres espèces d'agave nécessitent une souche de levure différente car elles peuvent être toxiques pour Saccharomyces. De plus, A. tequilana est censé être à haut rendement, en éthanol, selon la littérature » explique Daniel K. Y. Tan, professeur associé à l’école des sciences de la vie et environnementales de l’université de Sydney.

Côté industriel justement, les responsables de MSF Sugar expliquent qu’ils cherchent à trouver des débouchés industriels pour utiliser toute la plante. Des pilotes sont menés pour extraire la cire des feuilles pour fabriquer de la cire mais Agave Tequilana pourrait aussi être utilisé pour l’alimentation animale, le sucre, l’électricité… Masi attention, pour récolter l’agave, il faudra aussi adapter les machines de « moisson » et construire une usine d’extraction distincte de celles existantes pour la transformation de la canne à sucre en sucre.

Référence de l’article : “Agave : a promising feedstock for biofuels in the water-energy-food-environment (Wefe) nexus”. Publié dans le Journal of Cleaner Production. A découvrir (en anglais) sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0959652620313305?via%3Dihub

L’agave (nom masculin qui vient du grec « admirable ») est une plante qui fait partie de la famille des Asparagaceae. Il se développe sous forme de grande rosette de feuilles épaisses et possède un système racinaire peu profond. Il existe des centaines d’agaves, dont l’agave bleu servant à la fabrication de tequila. L’agave bleu est riche en fructane. Le pulque (octli en aztèque) est fabriqué à partir d’autres espèces d’agaves. Le yucca, plante d’ornement en Europe notamment, fait partie de la même famille que l’agave. On note aussi que la bagasse d’agave peut être méthanisée ou séchée et brûlée.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
Transgrain France va arrêter son activité !
L'annonce a été faite le 24 novembre par l'intermédiaire d'un laconique communiqué.
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
Une protéine de levure développée par Biospringer
La filiale de Lesaffre lance une protéine pour les nouveaux marchés alimentaires.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne