Aller au contenu principal

La filière oléoprotéagineuse française dévoile sa vision de l'agriculture avant les élections européennes

Un communiqué commun de la FOP (fédération française des producteurs d'oléagineux et de protéagineux) et de Terres Univia (interprofession des huiles et des protéines végétales) a publié un manifeste présentant les grandes lignes d'un "New Deal" entre le secteur agricole et la société.

© RitaE - Pixabay

Avant les élections européennes de juin 2024, la filière oléagineuse et protéagineuse française a tenu à présenter sa vision de l'agriculture nationale et européenne, dans un communiqué commun de la FOP (fédération française des producteurs d'oléagineux et de protéagineux) et de Terres Univia (interprofession des huiles et des protéines végétales) du 18 mars 2024.  

Lire aussi : « Les prix planchers c’est l’application de la loi Egalim » : comment Attal nuance l’annonce d’Emmanuel Macron

 

Elle consiste en l'élaboration d'un "New Deal" entre la société et l'agriculture. « Notre filière, comme toutes les filières agricoles, a un rôle clé à jouer pour construire un cadre de dialogue créateur de solutions en Europe. Agir pour l’avenir de notre agriculture, c’est faire des propositions constructives et réalistes auprès des acteurs des politiques publiques européennes. C’est tout l’objet de notre manifeste pour un new deal entre la société et son agriculture », s'exprime dans le communiqué Benjamin Lammert, Président de Terres Univia et de la FOP.

Les organisations présentent leurs 14 propositions, visant à créer une « agriculture européenne productive, compétitive et résiliente, à même de relever les défis de la souveraineté, de l'agroécologie et du changement climatique », indique le communiqué. Parmi ces propositions, citons par exemple « l’imposition de mesures miroirs qui soient garantes de l’équité sur le marché européen et de la responsabilité des décideurs », faire en sorte que les prix couvrent les coûts de production, ou encore « veiller à ce que la Société reconnaisse les apports du secteur agricole notamment au travers de crédits carbone valorisés et reconnus de manière suffisamment pragmatique, mais également au travers de la rémunération à leur juste valeur des services environnementaux fournis en particulier par le secteur des huiles et protéines végétales ».

 

 

Les plus lus

Le bioéthanol pourrait représenter 1 % de la SAU française en 2035

Si la France compte 30 millions de voitures en 2035 dont 5 millions fonctionnant à l’E 85 à raison de 3,5 litres/100 km alors…

Prix des céréales - Nette progression des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 3 et le 6 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Net rebond des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 2 et le 3 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Prix des céréales - Repli des cours du blé et du maïs sur les marchés à terme en récolte 2023 mais hausse en récolte 2024

L’évolution des prix du blé, de l’orge et du maïs français entre le 1er et le 2 mai 2024, expliquée par La Dépêche Le petit…

Marché des engrais : tendance baissière en azote et phosphore

Malgré un contexte géopolitique incertain au Moyen-Orient engendrant la crainte de pressions sur les matières premières, le…

Tour de plaine en France : des surfaces de tournesol attendues stables entre 2023 et 2024, voire en légère baisse

Les pluies ont perturbé les semis de tournesol en France, qui se profilent sans grande évolution d'un an sur l'autre. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne