Aller au contenu principal

Négociations commerciales
La Coopération agricole soutient la proposition de Serge Papin sur la transparence

La Coopération agricole veut se battre pour une meilleure rémunération de la production agricole et agroalimentaire, en obligeant la grande distribution à prendre ses responsabilités.

La guerre des prix et la déflation seront de mise pour les produits alimentaires en 2021, selon Unigrains
© Gerd Altmann/Pixabay

Alors que les négociations commerciales entre les secteurs de l’industrie agroalimentaire et de la grande distribution ont débuté en pleine crise de la Covid-19, les tensions se font jour de plus en plus crûment, la crise sanitaire accentuant le problème des producteurs et des transformateurs : des exportations en berne, une restauration hors domicile quasiment à l’arrêt, un accroissement des surcoûts de production… L’augmentation de certaines matières premières, notamment les céréales, sur les marchés mondiaux renchérit certains coûts de fabrication pour les produits concernés.

La Coopération agricole, qui fédère les coopératives agricoles et agroalimentaires de France, reconnaît volontiers que, « dans ce contexte inédit, les enseignes de la grande distribution constituent, depuis mars 2020, le débouché essentiel des productions ». De ce fait, « cette position privilégiée » lui confère « une impérieuse responsabilité : celle d’accorder des revalorisations tarifaires qui permettent de rémunérer les producteurs plus justement ».

Or, une nouvelle guerre des prix s’est ouverte, selon La Coopération agricole, qui pointe la baisse des prix dans les rayons alimentaires (-0,5 % en un an) et la demande de déflation de -2 % en moyenne dans les négociations actuelles. A tout cela s’ajoute des demandes sur des budgets promotionnels supplémentaires.

Transparence, répartition de la valeur et Etats généraux de l'alimentation

Dans ce contexte, la dernière réunion du comité de suivi des négociations commerciales, le vendredi 18 décembre, a vu Serge Papin, ancien PDG du groupement coopératif Système U et actuellement missionné par le ministre de l’Agriculture pour travailler sur la répartition de la valeur dans les filières agroalimentaires, proposer un nouvel outil de transparence qui « permettrait de connaître le prix réellement payé pour la matière première agricole à tous les étages » de la filière alimentaire.

Concrètement, un cabinet d’audit, disposant de données confidentielles d’entreprises, pourrait servir de tiers de confiance afin de répondre en temps réel aux questions des deux parties en négociation sur une situation individuelle bien spécifique. Un premier test sera fait dans la filière laitière avant d’être étendu à l’ensemble des filières et une première réunion est prévue en janvier pour lancer tout cela.

Cette proposition a donc reçu le soutien de La Coopération agricole, qui y voit « « un appel à un sursaut collectif » car il est « indispensable de recréer de la valeur dans la filière alimentaire ». Ce serait en fait une juste voie pour « enfin faire vivre les engagements pris lors des Etats généraux de l’alimentation », a écrit Dominique Chargé, président de La Coopération agricole, dans un communiqué de presse à l’issue du comité de suivi.

« La reconquête d’un revenu décent pour les agriculteurs, la sauvegarde de notre appareil productif et le recouvrement de notre souveraineté alimentaire ne sont atteignables qu’à condition de pouvoir "passer du tarif". Sans cette solidarité et responsabilité des enseignes de la distribution, c’est toute la ferme France qui est en péril, des agriculteurs jusqu’aux industries de transformation », peut-on également lire dans ce document.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

InVivo et Groupe Soufflet ont signé un accord de rachat
Plusieurs autorités de concurrence se pencheront sur l’opération. Cette dernière pourrait être finalisée avant la fin de l’année.
« Il n’est pas impossible que la sole française de colza (pour la récolte 2021) tombe sous les 900 000 ha »  
Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes cultures de FranceAgriMer, et Catherine Cauchard, chef de projet Céré’…
Paulic Meunerie : capacités de production et innovation pour l'élevage d'insectes
Fort de la progression de son chiffre d’affaires en 2020, du développement de son outil industriel et de son procédé Oxygreen, le…
Prix des Céréales le 4 mai : hausse généralisée des cours du blé tendre, de l’orge fourragère et du maïs

Les prix du blé tendre et du maïs sur le marché physique français ont progressé entre les 3 et 4 mai, à l’image des marchés à…

Prix du blé/maïs : comment expliquer une telle volatilité  ?
Divers experts ont livré leur analyse sur les causes pouvant expliquer la forte hausse et la volatilité accrue des prix des…
Protéine d'insecte : Cargill et InnovaFeed étendent leur partenariat à l’alimentation pour les porcs
Travaillant ensemble depuis plus de trois ans, les deux structures vont intensifier l’utilisation des insectes comme base en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne