Aller au contenu principal

Contractualisation
Intercéréales espère faire évoluer le PPL de Gregory Besson Moreau, "non adapté à la filière céréalière française"

© Geralt (Pixabay)

"Sur l'objectif de rémunération des agriculteurs, nous sommes d'accord, mais sur la mise en œuvre, ce qui est avancé nous inquiète car la filière est très structurée", a déclaré Solenn Le Boudec, Déléguée générale d'Intercéréales le 28 mai, interrogé par La Dépêche sur le projet de loi « visant à protéger la rémunération des agriculteurs », du député LREM Gregory Besson-Moreau. 

slb

Pour l'interprofession céréalière qui regroupe les associations de producteurs, collecteurs/vendeurs et transformateurs de la filière céréalière, certaines mesures du Projet de proposition de loi (PPL) de Gregory Besson Moreau ne sont "pas adaptées à la filière céréalière", résume la Déléguée générale d'Intercéréales."Nous sommes dans une phase d'interrogation. Nous rencontrons encore l'administration. Mais nous devons avancer rapidement car le calendrier est très serré concernant ce projet de loi", note Solenn Le Boudec. La reprise des travaux parlementaires devrait intervenir le 15 juin prochain.

Le député LREM Grégory Besson-Moreau présente un projet de loi pour pallier les faiblesses de la loi Egalim

 

ca

Concernant l'article 1 du PPL, "Tout le monde fait des contrats dans notre filière, la question n'est pas là. Par contre, des contrats sur 3 ans, ça pose certaines questions, notamment concernant la rotation des cultures par exemple, dont il faut tenir compte. Des contrats 3 ans existent mais ils sont réalisés en filière, au sein de chaque maillon, pour éviter qu'un seul supporte le risque Prix"? explique Cécile Adda, Responsable durabilité d'Intercéréales. Sur l'article 2 du PPL prévoyant la mise en place d'une "formule de révision automatique des prix", les craintes sont de deux natures. "Il y a un risque de compromettre l'activité du marché à terme Euronext et ses outils de couverture très utilisés par les opérateurs de la filière Grains", estime Cécile Adda. Le débouclage de position pourrait poser problème. Autre inquiétude, la perte potentielle de marchés à l'export : "De nombreux pays étrangers voient ces mesures comme un risque de négociation".

 

 

 

Les plus lus

Baisse de la TVA sur l'alimentation animale en 2023
Au 1er janvier 2023, le taux de TVA applicable aux ventes d’aliments pour les animaux producteurs de denrées alimentaires et aux…
Four à pain dans une boulangerie
Flambée des prix de l’énergie : quelles aides pour les boulangers ?
Face à l’explosion de leurs factures énergétiques, le gouvernement a réuni les représentants des boulangers ce jour pour évoquer…
Intact Regenerative et Axéréal lancent une filière protéine végétale dans le Loiret
Le projet doit démarrer en 2023 et être opérationnel pour la moisson 2024
Algama lève 13 M€ pour remplacer les œufs par des solutions à base d’algues
  Une levée de fonds qui servira notamment à lancer un site industriel en Belgique. Le procédé peut intervenir en boulangerie…
InVivo présente la stratégie d'Episens, nouveau pôle Blé du groupe coopératif
Regroupant les activités Meunerie, Ingrédients et filière BVP, d'InVivo, Episens est la nouvelle entité d'InVivo, présentée au…
Prix des céréales - Nouveau retrait des cours du blé et du maïs sur Euronext, en l'absence de marché aux Etats-Unis
L’évolution des cotations des céréales françaises (blé, orge, maïs) entre le 13 et le 16 janvier, expliquée par La Dépêche Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne