Aller au contenu principal

Filière Oléagineux
Du biofioul durable français d’origine agricole à l’horizon 2022

Un ensemble de partenaires met en place une filière pour un fioul domestique issu principalement de l’estérification de colza. Présentation.

© Gelly (Pixabay)

La Fédération française des combustibles, carburants et du chauffage (FF3C) a présenté, le 15 septembre, avec ses partenaires (Fédération française des producteurs d’oléagineux et protéagineux-Fop et Fédération française des pétroliers indépendants-FFPI), le démarrage et la stratégie d’une filière de production et distribution d’un fioul domestique décarboné, ou biofioul, utilisant des végétaux (huiles de colza mais aussi de tournesol) comme matière première. Ou plus exactement d’ester méthylique d’acide gras ou Emag. « On y travaille depuis deux ans avec nos partenaires. Il s’agit de produire un combustible d’origine végétale moins émetteur en CO2 par rapport aux combustibles fossiles. Cela prend place dans le cadre de l’interdiction prononcée par le gouvernement le 27 juillet sur l’installation de chaudières au fioul utilisant un combustible 100 % fossile à partir du 1er janvier 2022 », a précisé Eric Laily, président de la FF3C.

L’objectif de cette filière est de produire un biofioul contenant 30 % d’Emag d’ici 2022 (50 % en 2025-2030 et 100 % en 2040). Des tests de commercialisation existent dans la région de Rouen et on peut déjà trouver du biofioul en Alsace, dans le Massif central en régions lyonnaise et bordelaise. Une expérience est menée, avec un taux d’incorporation de 30 %, en Corrèze avec les chaufferies de trois lycées professionnels et un centre national sportif.

Maintenir les moyens de production

Côté production, Arnaud Rousseau, président de la Fop, a rappelé que la France dispose de « 1 Mha en colza depuis 1998 avec un pic à 1,6 Mha en 2017. Cette année, on devrait semer 1 Mh. 45 % de la collecte de graines de colza sert à produire des huiles dont trois quarts sont utilisés pour la filière biocarburant. La filière est donc en capacité de produire ces huiles nécessaires au biofioul mais il faudra faire le nécessaire pour préserver les moyens de production face aux aléas climatiques, aux impasses techniques et interdiction en matière de traitement des plantes et aux problématiques de gestion de l’eau ».

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne