Aller au contenu principal

Alimentation et société
[Coronavirus Covid-19] La solidarité, l’entraide et de nouvelles organisations de travail dans l’agroalimentaire

Les coopératives poursuivent leur action de solidarité auprès des soignants. Les entreprises aussi et elles font évoluer leurs modes de travail pour éviter le gaspillage, livrer différemment...

© Vesna Harni/Pixabay

La coopérative Lact 'Union (Abbeville, Somme) a fait don de 3 000 masques chirurgicaux, 500 blouses, 5 000 charlottes, 100 masques FFP3, 7 600 gants au Centre hospitalier d’Abbeville, à l’Ephad local et à des ambulanciers. Les coopératives agricoles de la plaine du Vexin (dont la coopérative agricole de Morgny) ont fourni des masques et des matériels de protection au Centre hospitalier de Gisors (Eure), tout en préservant des stocks pour son propre usage. La coopérative Savéol a répondu à l’appel de l’association des infirmières du Finistère en offrant plus de 2 000 blouses de protection et 100 boîtes de gants initialement destinés aux visiteurs de ses serres.

AgroSup Dijon, l’Université de Bourgogne, l’Inrae et le CNRS ont organisé un don conséquent d’équipements de correction et de consommables au bénéfice du CHU de Dijon.

De son côté, le Grand port de Bordeaux a cédé des masques, du gel hydroalcoolique et des gants à l’Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. Unilever France a annoncé une nouvelle initiative via la remise de 10 000 blouses aux équipes de l’hôpital de Compiègne à partir de l’usine de Le Meux (Oise).

Organisation différente

Certains industriels de l’agroalimentaire proposent aussi à des agriculteurs de transformer leurs productions pour éviter de gaspiller les productions de produits frais. C’est le cas par exemple de la conserverie Maison Malartre (Rhône) qui peut mettre en conserve des produits frais non vendus en raison de la crise.

L’Association des maîtres restaurateurs de France a mis en place une plateforme permettant la livraison de plateaux repas et la vente à emporter avec le spécialiste de la logistique Promus.

La Brasserie du Pays Flamand, Blaringhem (Nord), soutient l'action de la Fondation de France pour les hôpitaux et organise sa vente différemment : 5 € sont reversés pour 12 bouteilles achetées (valeur 42 euros) au drive de la brasserie. Tout ça dans le respect des règles des gestes barrière et de sécurité pour les personnels et les consommateurs : plage horaire fixe, système drive, paiement par carte bleue, pré-commande par message privé, enlèvement en carton de 12… La brasserie a été créée en 2006 par deux passionnés de bière, Olivier Duthoit et Mathieu Lesenne. Elle a remporté une médaille d’or au Concours général agricole du Salon international de l’agriculture à Paris en 2020 (catégorie bière à dominante houblonnée) et a été sélectionnée dans le programme de développement rural Nord Pas-de-Calais 2014-2020 financé par l’Union européenne.

L’acteur de l’économie sociale et solidaire Kelbongoo (créé en 2013 sur Paris avec des produits qui viennent de Picardie), spécialiste de la prise de commande à distance de produits avec enlèvement dans son local parisien, a mis en place des mesures dédiées pour les personnels soignants (enlèvement sans attente et à l’heure de leur choix) et les personnes les plus fragiles. Un groupe Facebook a été lancé pour mutualiser les retraits de commandes entre voisins et trouver des solutions pour les personnes ne pouvant se déplacer. Les invendus sont redistribués aux sans-abris, en coopération avec l’association de maraude Entraides Citoyennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Céréales/Oléagineux : « La bourse des grains du 11 septembre se présente bien malgré la crise que nous traversons »
Dans le contexte exceptionnel de Covid-19 et de faible récolte de grains français, le président d’Agro Paris Bourse, Baudouin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne