Aller au contenu principal

Alimentation animale internationale
[Covid-19] La nutrition animale mondiale fait face, mais se heurte à plusieurs défis

Les challenges de la nutrition animale mondiale sont sanitaires avec les impacts dans les élevages de pathologies comme la fièvre porcine africaine et de l’influenza aviaire et le chamboulement des marchés liés à la covid.

© Yanne Boloh

La crise Covid a montré la résilience de la nutrition animale non seulement en Europe, où ses volumes ne se sont contractés que de 2,2 % alors qu’il faut affronter à la fois la crise Covid, la fièvre porcine africaine (FPA)  et désormais l’influenza aviaire estime Nick Mayor (ForFarmers, VP de la Fefac). « On entend sans arrêt des critiques sur l’agriculture, mais nous avons été capable de mettre des produits dans les rayons des supermarchés », s’est exclamé le responsable lors la table ronde organisée lors du Global Grain mardi 17 novembre en visioconférence.

A chaque zone ses contraintes

Une résilience partagée dans toutes les régions du monde estiment les autres participants, mais l’industrie doit faire face à un certains challenges, différents selon la zone. Pour Anis Alam, vice président de la firme saoudienne Arasco (important fabricant d’aliments pour animaux du Moyen Orient), l'économie prime : « certains éleveurs achètent encore des matières premières en l’état. Nous investissons de notre côté pour sécuriser nos flux de matières premières. Mais actuellement, dans toute l’Afrique du Nord, les petits fermiers n’ont pas d’argent pour acheter de la nourriture pour leurs animaux ». Pour Pedro Vier, acheteur de soja pour BRF – Brasil Food (premier exportateur mondial de volailles), la question de la déforestation et de l’environnement prend une place croissante chez les consommateurs. « Il existe plus de 4 millions de fermiers au Brésil, c’est difficile de les suivre un par un, mais nous avons mis en place des outils pour assurer la traçabilité du grain à l’assiette. Nous avons également peur des achats massifs de la Chine et des difficiles conditions de semis. Les prix devraient rester élevés au moins jusqu’en avril » estime Pedro Vier.
 

Les producteurs nord-américains de soja veulent en tous cas jouer leurs cartes puisque depuis la guerre commerciale États-Unis-Chine, cette dernière derniers s'est sont détournée de l’origine (sauf pour des tourteaux fabriqués au Brésil avec des graines états-uniennes). Ils mettent en avant la durabilité de leurs graines, à savoir des modes de transport à faible impact environnemental jusqu’à leurs ports de chargement pour l’export ou un impact sur la ferêt nul voire inversé (les États-Unis ont gagné des forêts et réduit leurs surfaces agricoles ces dix dernières années). « l’UE est le moteur en matière de durabilité que nous proposons depuis 18 ans avec une certification », souligne Brent Babb (directeur de l’USSEC pour l’Europe et le Moyen-Orient).

Les achats chinois devraient au total atteindre 98 Mt voire 100 Mt cette campagne chiffre Xiaoping Zhang, son collègue pour la Chine. Elle a besoin d’alimenter ses élevages de porcs qui se reconstruisent après la perte d’un tiers de son cheptel, sachant que l’utilisation de déchets de table (estimés à 40 Mt/an) est désormais interdite dans les élevages après la FPA. Elle en a aussi besoin, et de plus en plus, pour son aviculture et elle reconstitue ses stocks.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Prix du blé tendre 2022/2023 : "Tout dépendra de la mer Noire", selon Agritel
Agritel juge la situation du marché mondial du blé tendre comme globalement tendue. Une quantité record de réserves de blé tendre…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
En 2022, plus faible production française de maïs du XXIe siècle, selon Agritel
La production de maïs hexagonale 2022 est attendue sous les 11 Mt, chiffre qui pourrait être de nouveau révisé à la baisse. Celle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne