Aller au contenu principal

Céréales et oléoprotéagineux bio : peu de demande face à la flambée des prix

Dans un contexte d'incertitudes, les prix des grains et graines bio restent tendus. Et ce, malgré une demande limitée par les effets de la grippe aviaire.

Les vides sanitaires liés à la grippe aviaire, en Pays-de-la-Loire notamment, continue à affecter la demande en matières premières bio.
© Lolame de Pixabay

Selon les professionnels, même si les pluies plus ou moins localisées et abondantes sur les bassins de production vont limiter l’impact de la sécheresse, sur certaines zones et espèces, les rendements et la qualité risquent d’être affectés par le stress hydrique et les coups de chaleur de mai. Dans ce contexte d’incertitude, la tension sur les prix de tous les grains bio reste très soutenue, tirée par la flambée de ceux du conventionnel malgré leurs reculs enregistrés ces derniers jours.

Les meuniers bio, encore couverts, sont attentistes, espérant un relâchement des prix pour la nouvelle récolte. Ce, alors que la consommation bio stagne. Côté fabricants d’aliments pour animaux, les vides sanitaires liés à la grippe aviaire, en Pays-de-la-Loire notamment, continuent à affecter la demande en matières premières bio. Pour les metteurs en marché et les acheteurs, déboussolés par le niveau des prix, le manque de visibilité perturbe les prises de position.
 

Consensus sur une prime bio significative

La flambée des coûts de production (notamment sur les postes de l'énergie et de la fertilisation), ainsi que la hausse annoncée des frais de récoltes, et les difficultés à les répercuter sur l'aval, sont source d’inquiétude. Pour autant, les premiers prix pour la récolte bio 2022 s’avancent timidement. Plusieurs paramètres justifient leur fermeté.

La nécessité d’une prime bio significative aux producteurs, face à l’envol du conventionnel, fait consensus pour maintenir des filières bio cohérentes et durables. Ce, alors que pour certaines espèces, comme les céréales fourragères, les rendements sont inférieurs parfois de moitié. De plus, les ventes vers les pays du nord de l’Europe, recherchant des grains au plus près en raison du coût du fret, peuvent aussi tendre le marché.  

En revanche, pour pallier les conséquences de la guerre en Ukraine, la dérogation proposée par la Commission européenne dans un acte délégué de ré-autoriser, pour un délai de douze mois, l’incorporation de 5 % d’ingrédients fortement protéinés non bio, dans les formules de tous les monograstriques, peut assouplir la pression, notamment sur les tourteaux et redonner de l’intérêt aux protéagineux.

Conformément à la procédure, cette disposition, supprimée théoriquement avec la nouvelle réglementation le 1er janvier 2022, devrait pouvoir rentrer à nouveau en application début juillet. Dans tous les cas, les opérateurs doivent prouver la pénurie de matières protéinées pour obtenir cette dérogation, qui serait rétroactive à compter du 24 février. La Commission permanente du Cnab (Comité national de l’agriculture bio) devra se positionner sur son application en France.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Guerre en Ukraine - La Russie en marche vers un leadership agricole
Thierry Pouch, économiste à l’APCA, envisage trois scenarii pour la fin de guerre en Ukraine, dont la partition du pays au profit…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Moisson 2022 Blé tendre - Hétérogénéité inédite des rendements, estimés à 69,5 q/ha en moyenne

Le rendement moyen de la récolte de blé tendre française 2022 s'élèverait à 69,5 q/ha en moyenne, selon une…

Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Prix des céréales du 30 juin 2022 : nouvelle baisse marquée du blé et du maïs

Les cours du blé tendre et du maïs ont de nouveau marqué une baisse sur leur marché physique respectif, en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne