Aller au contenu principal

Céréales et oléoprotéagineux bio : collecte estimée à la baisse en maïs, tournesol et soja

Alors que les récoltes d’automne démarrent progressivement dans les campagnes françaises (en étant ralenties par les pluies), les premières estimations de collecte en tournesol, maïs et soja bio sont à la baisse.

Les premières estimations de collecte française en tournesol bio sont à la baisse, malgré la hausse des surfaces.
© Couleur de Pixabay

La sécheresse et les coups de chaud à certains moments du cycle des plantes (notamment la floraison) ont nui aux rendements, mais aussi à la qualité des graines, particulièrement en soja. Et ce, malgré une progression des surfaces semées.

Un marché morose

Même si les situations sont très hétérogènes en fonction de multiples facteurs (le sol, l’impact des orages ou l’accès à l’eau…), la filière bio s’attend globalement à un recul des volumes. Certaines régions sont plus touchées que d’autres, notamment le Sud-Ouest qui annonce des récoltes, dans certaines zones, divisées par deux en soja ou maïs. Au niveau national, le recul par rapport à 2021 serait de 10 % pour le tournesol, dont les surfaces emblavées ont augmenté, et de 30 % pour le soja et le maïs.

Dans ce contexte, les prix des graines bio destinées à l’alimentation animale restent fermes avec quelques signes de détente, dans un marché plutôt morose, en raison des perspectives de consommations perturbées et des conséquences de la grippe aviaire dans l’Ouest encore prégnantes. Les flux de vente vers le Benelux et le nord de l’Europe renforcent les débouchés. Les prix des protéagineux, pois et féverole, continuent de grimper, en raison de manque de volumes et d’un regain d’intérêt pour cette source de protéines.

Au niveau national, le recul serait de 10 % en tournesol, et de 30 % en soja et maïs.

En alimentation humaine, le prix du blé meunier se détend également : cette tendance concerne les volumes non encadrés par des contrats pluriannuels qui sont privilégiés pour sécuriser la filière sur la durée, de l’amont à l’aval. En sarrasin bio, les estimations de récolte s’annoncent équivalentes à l’an dernier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Céréales et oléoprotéagineux bio : la baisse de la consommation entraîne une détente des prix
Alors que les données FranceAgriMer arrêtées au 1 er novembre affiche un recul de 7 % des utilisations de blé tendre…
Export mer Noire - Le retour de la Russie à la table de négociations détend les cours mais pas le marché
Les Russes peuvent changer d’avis du jour au lendemain, selon diverses sources publiques et privées. Près de 10 Mt de grains et…
Céréales et oléoprotéagineux bio : fort recul des volumes de production en C2
Le marché des matières premières bio reste plutôt actif, mais sur de faibles volumes, les transformateurs étant pour la plupart…
Formation - "L'Ensmic mise sur l'apprentissage pour former les meuniers de demain"
Arrivée à Surgères pour la rentrée 2022/2023, la nouvelle directrice de l'Enilia-Ensmic, Marie-Pierre Gousset a répondu aux…
Les groupes BZ et Bunge signent un partenariat
Le partenariat entre Groupe BZ et Bunge permettra notamment d'accroître, à Rouen, le potentiel de développement de la zone…
Vivescia et Inarix développent un outil d’évaluation rapide de la qualité des céréales, basé sur l’analyse d’images
L’application mobile, Pocket Lab, créé par Inarix et développé conjointement avec Vivescia, transforme un smartphone en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne