Aller au contenu principal

Evénement
Bourse aux grains de Sète : un peu plus de 300 personnes sont attendues, les 16 et 17 septembre à La Canopée

La Bourse aux grains de Sète est de retour en 2021, après avoir été annulée en 2020 pour cause de Covid-19. Entretien avec Mélanie Mezza, présidente de Cobesud (organisateur de la bourse) et du courtier Victor Giral & Cie.

Mélanie Mezza, présidente de Cobesud (organisateur de la bourse) et du courtier Victor Giral & Cie.
© Cobesud

La Dépêche-Le Petit Meunier : Comment s’annonce cette édition du retour de la Bourse aux grains de Sète ?

Mélanie Mezza : C’est une très bonne chose de pouvoir organiser à nouveau cet événement et d’avoir trouvé une solution pour garder le lien dans une organisation très incertaine. Mais la convivialité chère à nos métiers nous a manqué. La bourse se déroulera selon un format inhabituel cette année : un seul lieu pour la soirée (à partir de 20 h) et la journée d’échanges (à partir de 10 h) en bord de plage et sans exposant.

Nous avons environ 200 inscrits pour la soirée et la journée du lendemain. Nous attendons un peu plus de 300 personnes assez motivées et qui font montre d’une belle volonté de se retrouver et de renouer le contact en face-à-face. Nous avons fait le choix de ne pas solliciter de sponsor compte tenu du format. L’organisation habituelle devrait revenir en 2022. Il faut faire en sorte que les bourses gagnent en fréquentation et servent les intérêts des opérateurs qui y viennent.

La Dépêche-Le Petit Meunier : Quel est le bilan de la moisson en blé dur ?

Mélanie Mezza : C’est un bilan très tendu avec des petites récoltes en Europe – Espagne, France, Italie – en volume et avec des baisses de rendements. Les temps de chute de Hagberg posent problème pour la plus grande partie de la récolte sur le territoire, sauf dans le Sud-Est et pour ce qui a été moissonné avant les pluies. Il y aura beaucoup de déclassements en qualité fourragère avec de grosses quantités de blé dur présentant des poids spécifiques (PS) de 70-71 kg/hl.

On verra bien si des acheteurs acceptent des PS de ce niveau, notamment en Italie. Tout cela prend place dans un contexte de stocks bas dans le monde. On sait que la production du Canada et des États-Unis sera bien en deçà de ce qui était prévu. On est bien en situation de pénurie et il faudra s’adapter.

La Dépêche-Le Petit Meunier : Comment se présente la campagne de commercialisation de ce fait ?

Mélanie Mezza : Avec cette production en baisse et des qualités insuffisantes, les prix ont tendance à s’envoler. La tonne de blé dur se paie quasiment deux fois plus chère que sa moyenne historique. À certains niveaux de prix, les pays importateurs, le Maghreb par exemple, préfèrent passer sur du blé tendre. On sait que la répercussion du prix de la matière première sur le produit final est difficile à passer.

Dans ce contexte, certains marchés non essentiels ne seront peut-être pas au rendez-vous. Le marché va se réguler en fonction de tout cela. Pour le moment, les affaires, peu nombreuses, portent sur des petits volumes. Les différents opérateurs sont présents et les grands pays et acteurs utilisateurs de blé dur demandent des prix qui seront sans doute soutenus toute la campagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Euronext/Sitagri : un contrat à terme Blé dur en novembre pour la filière Pâtes/Semoules
En gestation depuis 2017, les travaux sur un nouveau contrat à terme Blé dur d’Euronext, basé sur un indice Sitagri, sont achevés.
Le nombre de moulins français recule en 2020
La Meunerie française a mis à jour sa fiche statistique pour l'année 2020. De nombreux postes affichent des reculs par rapport à…
Avril négocie avec Bigard pour la vente d'Abera et Porcsgros
Porcsgros et Abera continueront d'assurer des débouchés aux filières Nutrition animale de Sanders, filiale du groupe Avril.
Algue, pois et soja en alternative aux œufs et crevettes chez Nestlé
Le groupe suisse poursuit le développement de sa gamme d’alternatives alimentaires aux produits d’élevage.
Le groupe Avril projette des perspectives de production d’Oleo100 spectaculaires d’ici 2023
La production d’Oleo100 devrait passer de près de 55 000 m3 aujourd’hui à 200 000 m3, voire 300 000 m3, à l’horizon 2023.
Egalim 2 : Intercéréales attend des décrets dérogatoires, le Snia et l'Ania des éléments pratiques
Cécile Adda Dailly, responsable RSE d’Intercéréales, explique que la loi mérite encore quelques précisions pour la filière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne