Aller au contenu principal

Syndicat national des labels avicoles de France
Bernard Tauzia, nouveau président du Synalaf

De gauche à droite, Bernard Tauzia, le nouveau président du Synalaf, et Eric Cachan, son prédécesseur.
© Yanne Bolot

A l’occasion de sa dernière assemblée générale, le 28 juin, le Synalaf (Syndicat national des labels avicoles de France : label Rouge, IGP et bio) a élu son nouveau président, Bernard Tauzia (60 ans). Précédemment vice-président, il remplace Eric Cachan (60 ans) qui ne se représentait pas après dix-sept ans de présidence.

« Je m’inscris dans la continuité de son travail pour la défense de notre mode d’élevage de volailles fermières, pour servir et développer les signes de qualité », explique le nouvel élu lors de son déplacement à Angers, pour l’assemblée générale Anvol. Même si la volaille de chair est la plus présente, le Synalaf s’est peu à peu élargi avec les œufs et le bio. Il se singularise donc au sein de l’interprofession Anvol, en étant à la fois dedans avec un droit de véto mais un peu à part. « Nous sommes vraiment dans la ligne des attentes de la société avec des produits qui répondent aux demandes de bien être animal. Nous conservons notre vigilance, par exemple, pour les étiquetages afin d’éviter toute confusion. Toutes nos actions sont au service du maintien de notre mode d’élevage, non délocalisable et présent sur toutes les régions de France », insistent d’une seule voix le nouveau et l’ancien présidents.

« Du point de vue des matières premières pour l’alimentation, nous sommes tributaires des accords politiques. Par exemple, la PAC de 1992 a fait quasiment disparaître le soja du Sud-Ouest. Il y revient, mais nous n’avons pas encore partout assez de disponibilité en protéines françaises. De fait, nos approvisionnements sont très largement des céréales et des protéines françaises même si tous les cahiers des charges n’imposent pas de localisation », explique Bernard Tauzia. Il rappelle que les filières qualité se sont emparées du sujet de différentes manières. « Le soja, qui représentait jusqu’à 25 % de nos aliments il y a trente ans, ne pèse plus que 10 % », chiffre t-il, par exemple.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Alimentation animale : l'année 2022 sera encore plus tendue, selon Nutrinoë
Après une baisse de 2% des volumes d’aliments pour animaux produits en Bretagne en 2021, les fabricants bretons réunis au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne