Aller au contenu principal

Syndicat national des labels avicoles de France
Bernard Tauzia, nouveau président du Synalaf

De gauche à droite, Bernard Tauzia, le nouveau président du Synalaf, et Eric Cachan, son prédécesseur.
© Yanne Bolot

A l’occasion de sa dernière assemblée générale, le 28 juin, le Synalaf (Syndicat national des labels avicoles de France : label Rouge, IGP et bio) a élu son nouveau président, Bernard Tauzia (60 ans). Précédemment vice-président, il remplace Eric Cachan (60 ans) qui ne se représentait pas après dix-sept ans de présidence.

« Je m’inscris dans la continuité de son travail pour la défense de notre mode d’élevage de volailles fermières, pour servir et développer les signes de qualité », explique le nouvel élu lors de son déplacement à Angers, pour l’assemblée générale Anvol. Même si la volaille de chair est la plus présente, le Synalaf s’est peu à peu élargi avec les œufs et le bio. Il se singularise donc au sein de l’interprofession Anvol, en étant à la fois dedans avec un droit de véto mais un peu à part. « Nous sommes vraiment dans la ligne des attentes de la société avec des produits qui répondent aux demandes de bien être animal. Nous conservons notre vigilance, par exemple, pour les étiquetages afin d’éviter toute confusion. Toutes nos actions sont au service du maintien de notre mode d’élevage, non délocalisable et présent sur toutes les régions de France », insistent d’une seule voix le nouveau et l’ancien présidents.

« Du point de vue des matières premières pour l’alimentation, nous sommes tributaires des accords politiques. Par exemple, la PAC de 1992 a fait quasiment disparaître le soja du Sud-Ouest. Il y revient, mais nous n’avons pas encore partout assez de disponibilité en protéines françaises. De fait, nos approvisionnements sont très largement des céréales et des protéines françaises même si tous les cahiers des charges n’imposent pas de localisation », explique Bernard Tauzia. Il rappelle que les filières qualité se sont emparées du sujet de différentes manières. « Le soja, qui représentait jusqu’à 25 % de nos aliments il y a trente ans, ne pèse plus que 10 % », chiffre t-il, par exemple.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Prix des céréales le 19 août : Après la hausse, la baisse pour les céréales

Les cours des principaux contrats sur le blé et le maïs ont vivement reculé ce jeudi 19 août 2021 à Chicago. Sur Euronext, la…

Prix des Céréales le 20 août : recul des cours du blé à Chicago, très légère hausse sur le marché européen

Les principaux cours du blé et du maïs ont nettement reculé vendredi 20 août à Chicago. Sur Euronext, ceux-ci…

Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne