Aller au contenu principal

Un prix du lait juste et rémunérateur pour vivre dignement du métier

Une mobilisation pacifique a eu lieu mercredi 19 juillet, à l’initiative de certains membres du conseil d’administration de Coopal et à l’appel des FDSEA de la Creuse et de la Corrèze et des JA de la Creuse, devant la Laiterie des Montagnes d’Auzances.

© CB

Les producteurs se sont mobilisés massivement en juin dernier afin d’interpeler les transformateurs et la distribution sur la situation intenable des éleveurs laitiers qui subissent une crise sans précédent, exceptionnelle par sa durée et son intensité. Sans compter la hausse du prix du beurre (100 % d’augmentation en un an) qui atteint des sommets aujourd’hui. Suite à ces actions syndicales, les acteurs de l’aval de la filière laitière ont finalement reconnu publiquement l’urgence d’une revalorisation du prix du lait dès juillet et pour le troisième trimestre 2017, a minima à hauteur de 340 euros/1 000 litres. Toutes les enseignes de la distribution se sont engagées à rouvrir des négociations tarifaires avec les entreprises laitières dans le respect de la loi Sapin 2 (qui offre les moyens de prendre en compte les coûts de production). Toutefois, certaines coopératives ne respectent pas ces engagements. « Nous sommes considérés comme des variables d’ajustement ! Nous produisons un lait de qualité, nous voulons être payés à la juste valeur de notre travail » expliquent les producteurs laitiers en arrêtant les voitures, tracts à la main, pour justifier de leurs revendications.

Coopal en cause
C’est à la suite du dernier conseil d’administration de Coopal que certains membres du conseil, en désaccord avec la politique de prix de la laiterie, ont initié une mobilisation. Celle-ci a impliqué des exploitants de Creuse, du Puy de Dôme et de Corrèze. Pour le mois de juillet, la Société Coopérative Agricole Auvergne Limousin (Coopal) a annoncé un prix moyen de 310 euros/1 000 L (20 euros plus bas que les autres laiteries creusoises) alors que rien ne s’oppose, objectivement, à cette revalorisation urgente et indispensable du prix du lait. « Une coopérative qui enfonce ses producteurs, c’est amusant ! » lâche Sébastien Brousse, producteur de lait à Mérinchal, exaspéré par l’attitude des responsables. En effet, le président et le directeur de la filiale rejettent la faute sur Terra Lacta, coopérative agricole qui a fusionné ses différentes filiales voilà cinq ans. « Terra Lacta ne perd pas d’argent mais elle n’en gagne pas non plus ! » assure le directeur de la coopérative.
Après plusieurs heures d’échanges vigoureux, et devant le refus des responsables de la Coopal d’acter une hausse de prix, rendez-vous a été pris le jeudi 10 août avec la présidence de Terra Lacta pour poursuivre les discussions.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

La journée technique, programmée par l’organisme de gestion de l’appellation AOP cantal, a donné l’occasion de projeter sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière