Aller au contenu principal

Servir des produits cantaliens sur les tables cantaliennes : une logique qui fait sens

La démarche lancée par la Chambre d'agriculture et le Département va être étendue à tous les établissements de restauration collective du territoire cantalien. L'appel d'offres est lancé.

C'est depuis l'Éhpad de La Roquebrou que les partenaires de ConsoCantal ont lancé officiellement le nouvel appel d'offres auprès des établissements souhaitant rejoindre le mouvement.
C'est depuis l'Éhpad de La Roquebrou que les partenaires de ConsoCantal ont lancé officiellement le nouvel appel d'offres auprès des établissements souhaitant rejoindre le mouvement.
© M. V.

Proposer dans son établissement avec une la restauration collective des denrées produites dans le département ? C'est ce qu'encouragent la chambre d'agriculture du Cantal et le Département en lançant la démarche ConsoCantal l'an dernier. Au départ, dix collèges et une cuisine centrale desservant deux écoles et un Éhpad ont été volontaires afin de tester cette initiative. Après cette phase expérimentale, l'appel à candidature est ouvert pour tous les établissements de restauration collective publique et associative du territoire cantalien, que ce soit les écoles, les hôpitaux,...(1)

Une adhésion logique
Et les Éhpad, à l'image de celui de La Roquebrou, dont les cuisiniers préparent 150 repas par jour, quatre fois par semaine, à la fois pour les résidents et pour les petits de l'école communale. "Manger local, c'est d'abord une affaire politique, commence Pascal Malvezin, maire de la cité roquaise. Nous étions élus le 3 juillet 2020 et dès l'automne, nous avons lancé une étude de prix. Au 1er janvier 2021, on passait au local." Il faut dire que La Roquebrou possède à la fois les infrastructures (un abattoir), les artisans (boulanger, boucher,...) et une histoire (fête de la Mangoune). La démarche ConsoCantal s'inscrit donc en toute logique dans la continuité souhaitée par la municipalité... et les résidents eux-mêmes ! "Beaucoup d'entre eux ont travaillé le cochon et quand ils mangeaient un boudin fin, sans gras, sous plastique, ils ne s'y retrouvaient pas..., affirme Pascal Malvezin. C'était inconcevable d'aller acheter de la viande ailleurs qu'ici." Une conception que rejoint Michaël Reboulin, directeur de l'établissement et ancien gestionnaire du collège Jules-Ferry à Aurillac, qui utilisait déjà la plate-forme Agrilocal. "C'était logique d'inscrire l'Éhpad dans cette dynamique", confirme-t-il. Au Floret, une quinzaine de producteurs locaux différents font partie des bonnes adresses d'approvisionnement. "Avec même du cidre produit dans le Cantal !", se réjouit le maire, qui a pu constater que jusque dans la cantine, "les enfants gaspillent moins la nourriture. Mieux, ils en redemandent !"

Une filière maraîchage à développer
À l'échelle départementale, une quarantaine de producteurs sont engagés pour un minimum de trois ans dans la démarche ConsoCantal, permettant de couvrir de nombreux secteurs alimentaires (vin, fromage, charcuterie,...), même si un manque a été clairement identifié en fruits et légumes.
"On doit être en mesure de fournir, présente Patrick Escure, président de la Chambre d'agriculture cantalienne. Notre point faible, c'est le maraîchage. Mais c'est justement peut-être l'occasion de se diversifier et de faire évoluer son exploitation."
Ce à quoi a déjà réfléchi Mathieu Théron, installé en élevage bovin à Roannes-Saint-Mary avec son frère et qui s'est positionné sur ce créneau en convertissant "quelques hectares en maraîchage. On produisait avec l'idée de le vendre en direct mais ce n'était jamais la bonne quantité au bon moment ! Avec ConsoCantal, on écoule des volumes plus certains et jamais nous n'aurions pu rentrer dans les cantines". Après une saison d'engagement, les retombées positives vont permettre à son Gaec d'embaucher un salarié dédié au maraîchage.

(1) Quatre collèges ont déjà annoncé qu'ils rejoignaient ConsoCantal en 2023. L'appel à candiature est ouvert jusqu'au 5 février 2023.

Les plus lus

Marin Paquereau se tient au milieu de ses vignes, au-dessus du village d'Ispagnac
Un nouveau vigneron à Ispagnac

L’association foncière agricole des coteaux des gorges du Tarn a aidé à l’installation d’un quatrième viticulteur à Ispagnac,…

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière