Aller au contenu principal

AOP
Pourquoi les ventes de Fourme d'Ambert ont plongé de 4% ?

Suite à l'assemblée générale du syndicat interprofessionnel de l'AOP Fourme d'Ambert, son directeur Aurélien Vorger revient sur une année compliquée du point de vue commercial, mais riche en termes d'évènements.

Fourme d'ambert sur des étagères.
Les ventes ont de Fourme d'Ambert ont souffert du contexte inflationniste.
© SiFam

Avec des ventes en recul de 4% par rapport à 2022, l'AOP Fourme d'Ambert aura connu une année 2023 compliquée du point de vue commercial. « Plusieurs facteurs se sont télescopés » explique Aurélien Vorger, directeur du syndicat interprofessionnel de l'AOP (SIFAm). 

L'inflation a poussé certaines enseignes à revoir leurs taux de marge, et d'autres à simplifier leurs gammes de fromages d'appellation »

La Fourme a notamment été boudée dans le libre-service à cause de l'augmentation de son prix d'achat (+1€/kilo en moyenne en 2023), et les enseignes hard-discount se sont tournées vers des produits AOP moins coûteux. « La vente à la coupe de la Fourme d'Ambert a bien fonctionné » nuance Aurélien Vorger, qui ajoute que « le chiffre d'affaires de la filière continue de progresser ». Deux épiphénomènes se sont ajoutés à l'équation : « notre contrat avec McDonald a pris fin, et nous avons été confrontés à un problème de qualité produit en novembre, période durant laquelle nous n'avions pas suffisamment de stock pour compenser la perte ». Sans cela, « le marché n'aurait reculé que de 2% ». Au total, l'AOP aura écoulé un peu moins de 5 600 tonnes de Fourme en 2023. 

À lire aussi : L'inflation a coûté cher à l'AOP Cantal ou Saint Nectaire : -1,5% de ventes en 2023

Le volume laitier par exploitation progresse

L'appellation comptait 710 producteurs de lait au début de l'année 2024, un chiffre en baisse par rapport à l'année précédente. 

Les sorties d'appellation, principalement dues aux départs en retraite ou à des problèmes de respect du cahier des charges, sont plus nombreuses que les habilitations » précise le directeur du SIFAm. 

En parallèle, le volume moyen de lait produit par exploitation connait une légère augmentation, passant de 305 000 litres en 2022 à 310 000 litres en 2023. « À titre comparatif, le volume national moyen est d'environ 450 000 litres/exploitation/an »

Par ailleurs, à la demande du Comité d'administration (CA), les cotisations des producteurs de lait se règleront désormais en direct. « Le montant sera le même que pour l'AOP Bleu d'Auvergne, soit moins de 100€/exploitation ». Les appels auront lieu au début de l'été.

Cahier des charges "in progress"

Nous en parlions déjà l'année dernière : le cahier des charges de l'AOP est appelé à évoluer. « Nous avons terminé l'écriture et acté le projet au sein du CA. À présent, nous attendons une nomination de la Commission d'enquête, qui nous permettra d'échanger pour la première fois sur le fond de notre projet avec les instances nationales » rapporte Aurélien Vorger. 

Nous cherchons d'une part à nous adapter face au réchauffement climatique, mettre en avant les atouts du territoire et trouver les meilleurs compromis pour répondre à la fois aux nouvelles demandes des consommateurs et aux besoins des producteurs, le tout sans compromettre la qualité de nos produits ».

Le directeur annonce qu'il faudra encore plusieurs années de travail avant que le nouveau cahier des charges ne soit mis en application. En attendant, « le projet sera présenté cet été sur tous les secteurs de l'appellation ». 

À lire aussi : Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

De nombreux évènements

L'année 2023 de l'AOP aura également été marquée par de nombreux évènements au sein du territoire ambertois. « Nous avons pour la première fois tenu notre propre stand au Festival d'Ambert ! Nous y retournons cette année aux côtés d'Interbev, avec qui nous partagerons un stand encore plus grand. » L'AOP a également répondu "présente" lors du passage du Tour de France, de la finale nationale des rallyes et de la coupe du monde de trial. Enfin, l'AOP a honoré ses rendez-vous habituels : Europavox, Fourm'idables pique-niques, Rock en Seine... « Cette année a été particulièrement chargée en évènements, ce qui nous a permis de toucher beaucoup de monde ».

 

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière