Aller au contenu principal

Nathalie Fournier : libre « payse » boulangère au champ, au four comme au moulin

Installée depuis 2019 comme paysanne boulangère à Cultures, Nathalie Fournier voulait depuis longtemps produire son propre pain, en maîtrisant la conception de bout en bout. L'octroi de dix hectares de terres à Chapieu lui a permis de concrétiser ce projet.

Installée depuis 2019 comme paysanne boulangère à Cultures, Nathalie Fournier voulait depuis longtemps produire son propre pain, en maîtrisant la conception de bout en bout. L'octroi de dix hectares de terres à Chapieu lui a permis de concrétiser ce projet.
Installée depuis 2019 comme paysanne boulangère à Cultures, Nathalie Fournier voulait depuis longtemps produire son propre pain, en maîtrisant la conception de bout en bout. L'octroi de dix hectares de terres à Chapieu lui a permis de concrétiser ce projet.
© Marion Ghibaudo

Pour l'amour du pain et des choses bien faites. Plus qu'une technique, c'est une philosophie que déploie Nathalie Fournier, qui porte bien son nom : « Fournier : qui nettoie les fours » plaisante-t-elle. À Cultures, en surplomb de la vallée du Lot, cette paysanne boulangère renoue depuis trois ans avec un goût ancien. Enfant, la payse (enfant du pays), née à Mende aimait sentir les fragrances dans la boulangerie voisine. Le lien à la terre lui vient de ses grands-parents, paysans à Saugues, en Haute-Loire, dont elle a gardé « le rythme de leur ferme, à l'origine de mes valeurs et de mon mode de vie. » Mais la vie l'emmène d'abord ailleurs. Passée par la communication, elle est sept ans durant, formatrice au CFPPA de Lozère, en tourisme et informatique. Un premier rapprochement avec l'agriculture mais impossible de s'installer à ce moment-là, faute de foncier disponible. Elle s'installe finalement avec son compagnon d'alors comme conjointe-collaboratrice pendant sept ans. À leur séparation, elle doit repenser son projet professionnel, cette fois seule. C'est « pile-poil » le moment où la Safer lui annonce la libération des terres à Chapieu, suite à la procédure pour « terres incultes ». Fin 2019, elle y récupère une dizaine d'hectares en fermage, « des bonnes terres » mais qu'il faut défricher. Et puis remettre en culture, une année de sarrasin « pour ouvrir la terre » explique Nathalie Fournier.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière