Aller au contenu principal

Vie syndicale
Les retraités et le travail

Les représentants de la FDSEA ont rencontré ceux de la MSA.
Les représentants de la FDSEA ont rencontré ceux de la MSA.
© La Creuse agricole et rurale

Il arrive bien souvent que les retraités, lorsqu’ils cessent leurs activités professionnelles, donnent un coup de main à leurs successeurs aux travaux de l’exploitation. Mais ce type de pratique reste toutefois très encadré pour éviter d’être considéré comme du travail dissimulé ou illégal.
Mais lorsque la Mutualité sociale agricole effectue des contrôles sur les exploitations, cela ne se passe pas sans se poser de questions sur ce que l’on peut faire ou pas.
Et c’est ainsi que Jean-Claude Depoux, de Mainsat, qui avait cessé son activité professionnelle depuis 2010, a eu la surprise d’avoir la visite d’un agent de la Mutualité sociale agricole pour un contrôle sur son « activité » alors qu’il était à la retraite.
Interpellés à maintes reprises sur ces questions, les responsables de la FDSEA conduits par le président Pascal Lerousseau, ont rencontré jeudi dernier les représentants de la Mutualité sociale agricole et notamment son président régional, Daniel Gaillat, Régine Migot et Pierre Basset afin d’exposer cette situation et préciser les règles en la matière.
Pour la FDSEA « si les personnes retraitées sont parfois amenées à donner un coup de main, c’est principalement pour compenser le manque de main d’œuvre sur les exploitations agricoles et du coût que cela représente, mais nous sommes très loin des situations de travail illégal ou clandestins ».
La MSA reconnaît pour sa part que des efforts de communication doivent être entrepris dans ce domaine pour informer les retraités sur ce sujet « même si l’on peut difficilement arrêter brutalement cette activité lorsque l’on prend sa retraite mais à condition de respecter les règles » souligne le président Daniel Gaillat.
Si la MSA effectue 10 contrôles par an et par département et par tirage au sort, en Limousin, « cela relève d’une obligation réglementaire » précise Pierre Basset en ajoutant que « parmi ces contrôles, aucun de ces contrôles ne s’est traduit par des sanctions ».
Même si les règles d’application ont été précisées par le ministère de l’agriculture pour définir la notion du « coup de main » on retiendra d’une manière générale qu’un retraité peut continuer à travailler à raison de 10 à 15 heures par semaine maximum.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière