Aller au contenu principal

Les éleveurs français au pays des Highlands

À l’initiative des comités régionaux d’Interbev du sud de la Loire, des professionnels de la filière viande française ont rencontré leurs homologues écossais, la semaine dernière, lors d’un voyage d’étude.

Cap sur l’Ecosse, la semaine dernière, pour les représentants des comités régionaux d’Interbev du sud de la Loire.
Cap sur l’Ecosse, la semaine dernière, pour les représentants des comités régionaux d’Interbev du sud de la Loire.
© David Chaize

Durant cinq jours, une trentaine d’éleveurs, abatteurs, responsables d’entreprises, de coopératives… tous issus d’un des comité régional Interbev de Bourgogne Franche-Comté, d’Auvergne-Rhône-Alpes, d’Occitanie, de Nouvelle-Aquitaine et de Provence-Alpes-Côte-d’Azur ont découvert la filière bétail et viande écossaise en visitant pas moins de cinq élevages, un abattoir, une boucherie et une grande surface. Outre-Manche, la filière est boostée par une culture de l’herbe disons plutôt intensive, marquée par un retournement des prairies régulier tous les quatre à cinq ans, un travail assez abouti sur les amendements et la rotation des cultures. « L’herbe est la base de la ration, complémentée par les céréales, y compris pour l’engraissement. Les agriculteurs ne produisent pas de maïs. Le pays bénéficie d’un climat tempéré propice à la pousse de l’herbe », explique David Chaize, président de la section bovine du Puy-de-Dôme et administrateur d’Interbev Aura. Les éleveurs écossais détiennent en moyenne une cinquantaine de vaches et près de 200 brebis, qui cohabitent par endroit avec des fermes de 4 000 têtes notamment du côté d’Edimbourg et de Glasgow. « Nous avons pu mesurer une grande hétérogénéité selon les régions. Du côté des Highlands, par exemple, les exploitations sont assez proches des nôtres », poursuit l’éleveur puydômois. Pour autant, l’élevage écossais connaît comme en France, une forte décapitalisation, et est de plus en plus challengé sur des questions environnementales et sociétales.

Champion du croisement
Côté race, 80 % de la viande bovine écossaise provient d´animaux issus de croisements de races laitières avec des races à viande. Les taureaux utilisés sont issus de races spécialisées telles l’aberdeen angus, la galloway, la charolaise, ou la limousine. Les veaux sont élevés sous la mère et sevrés vers 9 mois dans les collines écossaises du nord-est. « Aussi déroutant que cela puisse paraître, vu de nos régions plus coutumières du travail en race pure, cette stratégie de croisement en Écosse répond à un objectif : produire de petites carcasses, assez homogènes, un peu plus grasses mais plus petites. Dans ce cadre, ils élèvent majoritairement des jeunes génisses et des bœufs, et castrent les mâles », analyse David Chaize. La plupart de la viande est commercialisée via le réseau des GMS, tandis que les boucheries sont très rares. Les Écossais exportent aussi en bovins et en ovins vers toute l’Europe. De l’éleveur au magasin, peu d’intermédiaires, puisque grâce à un important maillage de marché aux bestiaux et de ventes aux enchères, pratiques très anglo-saxonnes, les éleveurs sont en prise directe avec les acheteurs. « Ils s’organisent entre voisins pour l’acheminement vers l’abattoir ». Niveau prix, les cours écossais sont actuellement au même niveau qu’en France. Dépendante du Royaume-Uni, et Brexit oblige, l’Écosse est par ricochet sortie de l’Europe. Une situation que déplorent les éleveurs, qui ne voulaient pas être écartés de la PAC. « Ils craignent que leur pays désormais isolé, opte pour un cap incertain. Sortir du Royaume-Uni pour réintégrer l’Europe est d’ailleurs une option en cours de discussion en Écosse », conclut David Chaize.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière