Aller au contenu principal

Les contradictions réglementaires dans la production bio se multiplient

Comme en conventionnel, les prix d'achat du bio ne couvrent pas les coûts de production et une juste rémunération du travail. Pourtant, de nouveaux investissements risquent d'être imposés.

Eric Fabre et Brice Guyau, respectivement responsables départemental et national de la commission bio du syndicat majoritaire.
Eric Fabre et Brice Guyau, respectivement responsables départemental et national de la commission bio du syndicat majoritaire.
© R. S.-A.

Certes, il est des évolutions réglementaires qui ont permis de progresser, soit en qualité de travail, soit en bien-être animal... Brice Guyau, co-président de la commission bio de la FNSEA, est le premier à l'admettre. Pour autant, se profilent de nouvelles exigences qui vont engendrer des contradictions règlementaires. Elles ont été pointées du doigt lors de la venue du représentant national sur une exploitation cantalienne, chez David Garcelon à Polminhac, à l'invitation du président de la FDSEA 15, Joël Piganiol, et du groupe bio départemental, présidé par Éric Fabre.

 

 

Le non-sens de la "courette"

Dans un contexte plus difficile ces derniers mois, les nouveaux textes qui sont promis inquiètent les éleveurs bio. Brice Guyau révèle en effet une volonté politique d'imposer à tous les élevages - pas seulement en porcs - une courette extérieure (ou une partie de bâtiment découverte) égale à 50 % de la surface de la stabulation pour des sorties en période de pacage.

"Les agriculteurs ont déjà fait des investissements colossaux suite à l'interdiction des animaux à l'attache et également tout récemment pour la gestion des effluents. La plupart sont en incapacité à pouvoir réinvestir. Qu'est-ce qu'on répond à ceux qui sont dans l'impasse ?", interpelle le responsable national. D'autant que, selon les éleveurs présents, c'est aussi un non-sens sanitaire. "C'est décidé au nom du bien-être animal, mais cela va à contre-sens avec les hivers que l'on peut connaître", lâchent des éleveurs lors de cette rencontre. "Et puis c'est une période où l'on a besoin d'engraisser nos animaux en bâtiment, avec des rations équilibrées, ce n'est pas pour qu'ils reperdent tout dehors !"

Et en plus... les rats

"Avec ce projet, on pénalise la filière, les éleveurs et l'animal. Nous allons faire remonter des exemples du terrain pour dénoncer les conséquences si l'on applique bêtement le réglement", promet Brice Guyau. Autre non-sens, dénoncé cette fois par Eric Fabre, à propos des prairies infestées par les rats. Le responsable départemental rappelle que des dérogations ont pu être obtenues en traitement manuel et sur prairies pâtureées. Mais pas sur les prairies de fauche... obligeant soit à déclasser le foin - obligé de le vendre en conventionnel et d'en acheter du certifié bio par ailleurs - soit à renoncer au traitement, pénalisant de fait le travail collectif réalisé dans les exploitations voisines, en créant une poche de résistance. "Entre obligations réglementaires et cahier des charges, c'est encore une contradiction : on a l'obligation de lutter sur la zone, mais l'interdiction de se servir du fourrage", relève le responsable de la commission bio de la FDSEA. Eric Fabre comprend que le gaz PH3 ne soit pas autorisé pour les invasions de taupes sur les parcelles bio, puisqu'il est possible d'avoir d'autres solutions comme le piégeage. "Mais le rat... C'est une autre dimension !" "Sans compter les pertes encore plus lourdes que l'on subit", souligne Brice Guyau, en appelant de ses voeux à des dérogations temporaires, mais réactives.

D'autre sujets appellent le syndicat à la vigilance pour la prochaine Pac, ses dispositions et les ajustements des textes. "Il s'agit d'obtenir une juste reconnaissance qui va au-delà des produits et qui intéresse notamment le maintien de la biodiversité, la qualité de l'environnement, la création de nouvelles filières économiques, etc."

(1) Cette commission nationale est e?galement co-pre?side?e par le Cantalien Patrick Be?ne?zit.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière