Aller au contenu principal

« Les choix techniques qu'on a faits, c'est pour gagner notre vie et pour la qualité de vie »

Des agriculteurs heureux et qui croient en la filière caprine. Sur leur ferme qu'ils construisent pas à pas, le Gaec des fines herbes, ces deux ingénieurs agronomes de formation passés par Dijon, laissent libre cours à leurs envies. Accompagnés par Françoise Bouillon, conseillère d'entreprise et technicienne en élevage caprin auprès de la chambre d'agriculture de Lozère.

Des agriculteurs heureux et qui croient en la filière caprine. Sur leur ferme qu'ils construisent pas à pas, le Gaec des fines herbes, ces deux ingénieurs agronomes de formation passés par Dijon, laissent libre cours à leurs envies. Accompagnés par Françoise Bouillon, conseillère d'entreprise et technicienne en élevage caprin auprès de la chambre d'agriculture de Lozère.
Des agriculteurs heureux et qui croient en la filière caprine. Sur leur ferme qu'ils construisent pas à pas, le Gaec des fines herbes, ces deux ingénieurs agronomes de formation passés par Dijon, laissent libre cours à leurs envies. Accompagnés par Françoise Bouillon, conseillère d'entreprise et technicienne en élevage caprin auprès de la chambre d'agriculture de Lozère.
© Marion Ghibaudo

Sébastien et Julie Rosset sont installés depuis 2018 au Pompidou avec leurs 180 chèvres de race alpine dont ils livrent le lait à la fromagerie des Cévennes. Pour le couple, cette installation au Pompidou est une deuxième carrière, après s'être occupés d'une ferme-auberge de 2010 à 2017 en Ardèche. « Nous avions 2 000 volailles, une vingtaine de porcs, 40 brebis, et 2 000 repas, 1 000 nuitées grâce à quatre chambres d'hôtes et deux gîtes », énumère Sébastien Rosset. Une expérience enrichissante mais épuisante, et pour retrouver une qualité de vie, ils ont décidé de reprendre une petite ferme en Cévennes. « Julie voulait s'installer en caprin, moi je ne voulais pas faire de fromage et on voulait quelque chose de beaucoup plus simple, avec un seul atelier, et techniquement être plus pointus, parce que ça nous plaît, et récupérer une vraie qualité de vie », explique Sébastien Rosset de ce nouveau pan de leur vie. « Le parcours à l'installation s'est bien passé, ils savaient ce qu'ils voulaient, ils sont arrivés avec leurs chiffres. Ils ont d'abord trouvé la ferme et ensuite ils sont venus me voir », s'amuse Françoise Bouillon. Ferme qui a été trouvée via l'entremise de la fromagerie des Cévennes.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière