Aller au contenu principal

Le safran cévenol doit son parfum à la patience

Vendus principalement à la ferme, les produits à base de safran cévenol de Sandrine Leitao répandent désormais leur parfum à la boutique de Cévennes in the box, au Pont-de-Montvert.

Vendus principalement à la ferme, les produits à base de safran cévenol de Sandrine Leitao répandent désormais leur parfum à la boutique de Cévennes in the box, au Pont-de-Montvert.
Vendus principalement à la ferme, les produits à base de safran cévenol de Sandrine Leitao répandent désormais leur parfum à la boutique de Cévennes in the box, au Pont-de-Montvert.
© Marie-Pascale Vincent

Le safran est une plante fascinante à plus d’un titre. Quand Sandrine Leitao, productrice à Cassagnas, ouvre un bocal de pistils séchés, le délicat parfum envahit immédiatement la pièce. Et le cycle annuel de la plante recèle également son lot de surprise. « Les fleurs commencent à pousser la troisième semaine de septembre. Après la floraison, crocus savitus développe un feuillage qui se fane au printemps. Et durant la période estivale, la plante en dormance disparaît totalement. Avec le safran, poursuit Sandrine Leitao, tout est affaire de patience. La récolte se déroule à la main. À la pleine saison, je ramasse les fleurs deux fois par jour. Il faut plus d’une heure pour récolter 1 000 fleurs, près de trois pour l’émondage ou la récolte du pistil, partie odorante de la plante. » Après un passage dans un séchoir, les pistils sont conservés à l’abri de la lumière et de l’humidité pendant deux mois. Le temps pour le safran de révéler tout son parfum.
À l’image de la plante qu’elle cultive, la production de Sandrine Leitao s’est mise en place doucement avec une récolte d’une dizaine de grammes la première année, contre 120 en 2019. D’où la nécessité, renforcée par le confinement, de trouver de nouveaux débouchés. « J’ai été séduite par la jeunesse et le dynamisme de Manon Fabre. Je sais la difficulté de démarrer un projet, j’ai envie de la soutenir à ma façon. Tous les produits que je confectionne, gelées, confitures, sirops parfumés au safran ainsi que du safran sec sont désormais en vente dans sa boutique Cévennes in the Box. On les trouve également dans quelques épiceries et structures touristiques. Je vends aussi à la ferme qui compte deux chambres d’hôtes. Alors que celles-ci sont fréquentées à 90 % par les randonneurs, je m’inquiétais pour les débouchés cette année. »

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Les chargeurs télescopiques électriques ont l’avantage d’offrir un fonctionnement sans bruit et sans émissions dans les bâtiments.
Les chargeurs compacts et ultracompacts s’affichent comme les nouveaux valets de ferme

De plus en plus présents dans les exploitations d’élevage, les petits automoteurs de manutention à bras 
télescopique…

Un grand groupe de personnes manifeste dans la campagne.
Manifestation anti "giga-bassines" de Billom : à boire et à manger…

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies le week-end dernier à Billom, dans la plaine de la Limagne, pour manifester…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière