Aller au contenu principal

Le Limousin n’est pas protégeable !

Dans un courrier adressé au ministre de l’agriculture, les FDSEA du Limousin demandent la reconnaissance de notre territoire en tant que zone difficilement protégeable.

© Marcel Lagthim - Pixabay

L’objectif de cette demande de reconnaissance est d’obtenir des autorisations de tirs de défense et de prélèvements ainsi que des possibilités d’indemnisation sans que les éleveurs ne soient contraints de mettre en place des mesures de protection coûteuses et inefficaces au regard de la topologie du territoire et des systèmes d’élevage.
Les FDSEA de Corrèze, Creuse et Haute-Vienne s’appuient pour cela sur les résultats de l’étude portant sur « la vulnérabilité des systèmes d’élevage des territoires limousins au risque de prédation par le loup ».
Ce rapport de 154 pages réalisé par l’Idele en collaboration avec les Chambres d’agriculture, l’administration, l’Inrae, le Cerpam et le CNRS révèle que « partout dans les trois départements, les facteurs propices à l’installation du loup sont réunis et l’analyse menée dans cette étude montre que ceux-ci, qu’ils soient liés au milieu naturel du Limousin, ou aux systèmes de production actuellement présents, concourent à un risque élevé de vulnérabilité et de sensibilité des élevages à la prédation par le loup ».
En s’ajoutant aux nombreuses difficultés déjà rencontrées par les éleveurs (prix bas, hausse des charges, renouvellement des générations, dégâts de gibier, agribashing…), l’arrivée du loup aura un effet dévastateur pour l’élevage et plus largement pour le territoire limousin.
« La solution de conserver les animaux en bâtiments est inenvisageable pour d’évidentes raisons économiques mais aussi sociétales » déclarent les 3 syndicats.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière