Aller au contenu principal

Le choix du bio pour mieux valoriser le travail et gagner en sérénité

En Gaec à trois associés, la famille Malige, Françoise, Jean-Claude et leur fils Mathieu installé depuis 2012, élèvent 85 vaches laitières sur 230 ha à Mende. En 2016, ils décident de convertir l’exploitation en agriculture bio, pour mieux rémunérer leur travail et gagner en sérénité par une régularité des prix. Tirant un bilan encourageant de cette deuxième campagne de récolte en AB, Mathieu aborde la fin de sa conversion avec enthousiasme.

© Maxime Colomb

En 2012, l’installation de Mathieu, s’est accompagnée d’un apport de foncier et d’une augmentation du quota de l’exploitation. L’emplacement de l’ancien bâtiment (éloigné des terres et à proximité de la ville de Mende) a favorisé la construction d’une stabulation libre (logettes paillées et couloir raclés). Cet investissement a été raisonné pour augmenter le cheptel, gagner en productivité et diminuer le travail d’astreinte (salle de traite à sortie rapide 2 × 10 postes et Dac). Avant la conversion bio, les 230 ha exploités étaient répartis en : 75 ha de parcours (pour les génisses), 5 ha de prairie permanente, 100 ha de PT, 28 ha de céréale et 18 ha de maïs (dont 8 ha irrigués). Les cultures de l’exploitation permettent d’envisager une augmentation du cheptel tout en conservant l’autonomie, mais la volatilité du prix du lait ne va pas dans ce sens.
Début 2016, Sodiaal recherche du lait bio avec un prix du lait stable et attractif. De plus le voisin en ovin viande bio réalise de très bons rendements. Tous ces éléments amènent les associés à s’interroger sur l’agriculture biologique. Ils concrétisent leur réflexion au sujet de la conversion suite à une étude (Visa Bio) réalisée par la chambre d’agriculture et en discutant avec leur comptable. Ils appréhendent le cahier des charges de l’AB et l’étude économique démontre que la conversion au bio permet d’améliorer les résultats économiques de l’exploitation et de gagner en autonomie.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1423, du 31 août 2017, en page 7.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière