Aller au contenu principal

La race Aubrac fièrement représentée par de jeunes éleveurs

Loïc Meyrand, installé depuis 2019 à Ferluguet (Sainte-Eulalie), va participer pour la première fois à Qualiviande, qui se tiendra les 17 et 18 septembre à Aumont-Aubrac. Une gageure pour ce jeune éleveur Aubrac, prêt à relever le défi.

Loïc Meyrand, installé depuis 2019 à Ferluguet (Sainte-Eulalie), va participer pour la première fois à Qualiviande, qui se tiendra les 17 et 18 septembre à Aumont-Aubrac. Une gageure pour ce jeune éleveur Aubrac, prêt à relever le défi.
Loïc Meyrand, installé depuis 2019 à Ferluguet (Sainte-Eulalie), va participer pour la première fois à Qualiviande, qui se tiendra les 17 et 18 septembre à Aumont-Aubrac. Une gageure pour ce jeune éleveur Aubrac, prêt à relever le défi.
© Marion Ghibaudo

Sur la ferme familiale, Loïc Meyrand est bien dans ses baskets. Même si, avoue-t-il à demi-mot, « ce premier concours me stresse un peu ». Depuis son arrivée dans le Gaec formé par son oncle et sa tante, Christian et Geneviève Meyrand,Loïc Meyrand n'a pas pu participer à un seul concours, Covid-19 oblige. « Ça va être un beau week-end, s'enthousiasme l'agriculteur. Je vais voir d'autres éleveurs, échanger avec eux et avec le grand public ». Malgré le stress, une certaine impatience, donc.
« Loïc, il était toujours fourré avec nous, à aider avec le troupeau », sourit Geneviève Meyrand, sa tante. Une passion chevillée au corps qui ne l'a donc jamais quittée. Et a orienté ses études (un bac pro au lycée Terre Nouvelle) et son projet de vie, clair dès le début : quand il serait grand, il s'installerait comme agriculteur. Comme son cousin, fils de son oncle et de sa tante, dont il était très proche et qui était tout autant passionné d'agriculture, et qui se destinait à rejoindre le Gaec familial. Sa mort, en 2011, a rebattu les cartes, et Loïc Meyrand a rejoint l'exploitation de son oncle et de sa tante. « Je suis très heureux d'être ici, et de pouvoir continuer les traditions familiales », et notamment de perpétuer l'élevage d'Aubrac, à près de 1 200 mètres d'altitude, même si le jeune homme trouve « toutes les races passionnantes ».

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière