Aller au contenu principal

La filière bio désespère du ministère

FNSEA, Fnab et Confédération paysanne se sont réunies de manière inédite avec les chambres et les interprofessions pour porter un plan d’aide auprès du ministère de l’Agriculture.

FNSEA, Fnab et Confédération paysanne se sont réunies de manière inédite avec les chambres et les interprofessions pour porter un plan d’aide auprès du ministère de l’Agriculture.
FNSEA, Fnab et Confédération paysanne se sont réunies de manière inédite avec les chambres et les interprofessions pour porter un plan d’aide auprès du ministère de l’Agriculture.
© V. Marmuse – CAIA/Illustration

Alors que le chiffre d’affaires des rayons bio aurait reculé de 5 à 10 % sur un an selon les circuits, « à ce stade, le ministère n’a pas encore mesuré l’ampleur de la crise », regrette Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du bio. Sa déception est partagée par tous les acteurs qui ont assisté à la réunion du 21 février, laquelle a rassemblé syndicats, chambres d’agriculture, interprofessions et les transformateurs autour du cabinet du ministre.
Alliance inédite, ces acteurs portaient une demande commune pour créer un plan de sauvegarde pour l’agriculture biologique. Aides directes aux producteurs, revalorisation de l’écorégime, retour de l’aide au maintien, stockage de produits : toutes les mesures ne faisaient pas l’objet d’un consensus. Mais l’ensemble du secteur bio s’accordait sur le fond : « Si l’argent n’arrive pas rapidement, des agriculteurs vont mettre la clé sous la porte », résume Yves Sauvaget, président de la commission bio de l’interprofession laitière.
Face à ces demandes, le cabinet du ministre n’a pas évoqué d’aide directe aux filières touchées, préférant miser sur un soutien accru à la promotion, et sur une application plus stricte des objectifs Egalim dans les cantines. « Le porc, les betteraves, les producteurs de pommes de terre : le carnet de chèque s’ouvre pour tout le monde sauf pour la bio », regrette une source au sein de la Fnab. « La bio fait un AVC et on lui propose un doliprane », s’émeut une autre source suivant de près ces discussions. Étienne Gangneron le regrette de son côté : « L’attaque de certains acteurs du bio sur la HVE ne met pas le ministère dans les meilleures dispositions. »

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière