Aller au contenu principal

Apprendre une alimentation saine et gourmande

Le 22 avril, dans le cadre du projet alimentaire de territoire (PAT) du Haut Allier, la communauté de communes du Haut-Allier lance « Les ateliers de l'alimentation saine et gourmande ».

Le 22 avril, dans le cadre du projet alimentaire de territoire (PAT) du Haut Allier, la communauté de communes du Haut-Allier lance « Les ateliers de l'alimentation saine et gourmande ».
Le 22 avril, dans le cadre du projet alimentaire de territoire (PAT) du Haut Allier, la communauté de communes du Haut-Allier lance « Les ateliers de l'alimentation saine et gourmande ».
© European Union 2021 - Source : EP/Brigitte Hase

« L'idée est de proposer, à travers des six ateliers, à apprendre à manger de façon saine, gourmande et locale », explique Cécile Piquemal, cheffe de projet du PAT du Haut Allier. Ce projet, imaginé en collaboration avec le Réel48-CPIE, a pour objectif principal de venir aider les foyers volontaires à modifier leur alimentation (plus de produits locaux, de qualité) tout en maîtrisant leur budget. La soirée du 22 avril sera donc la soirée de lancement où les foyers volontaires pourront venir poser toutes leurs questions avant de se lancer dans l'aventure. « Nous souhaitons ouvrir au plus grand nombre de personnes ces ateliers : célibataires, jeunes, personnes âgées, familles, etc. », décrit Cécile Piquemal. Et pour accompagner les volontaires dans cette démarche, six ateliers sont prévus tout au long de l'année. « Ces ateliers sont entièrement gratuits ; notre idée est de partir des budgets de chacun pour faire du cas par cas, et les aider à améliorer leur alimentation en intégrant plus de local, notamment, sans exploser les finances des uns et des autres ». Si les ateliers sont offerts, c'est grâce aux financements que le PAT a reçus dans le cadre d'appels à projets auprès de la Draaf.
Parmi les ateliers sont prévus des cours de cuisine avec une nutritionniste, « pour intégrer plus de légumineuses dans des recettes un peu différentes », par exemple, des visites de ferme, ou encore apprendre à décrypter les étiquettes. « La visite de ferme, nous pensons la faire à la rentrée de septembre, et cela nous permet aussi de montrer toute la diversité de la production agricole du territoire, dont les consommateurs n'ont pas forcément conscience ».

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière